Prières de la semaine pour l’unité des Chrétiens

4f8284e6fec8d18783c38a6bec8ec130669cf035Puisse chaque Église reconnaître aujourd’hui le mal qu’elle a fait à d’autres chrétiens et en demander humblement pardon, et puisse-t-elle entendre la même demande que d’autres chrétiens lui adressent et, à son tour, leur accorder son pardon.

Agissant ainsi, nous te demanderons de pardonner toi-même nos propres offenses.

Donne-nous le courage de travailler à la réconciliation de nos Églises pour qu’elles témoignent ensemble de ton nom. Donne-nous d’être ainsi, pour le monde lui-même, signes de compassion, de miséricorde et d’unité.

Donne-nous d’être, au milieu de ce monde, des artisans de paix.

Premier jour : Que le droit jaillisse comme les eaux

Dieu de la veuve, de l’orphelin et de l’étranger,
Tu nous as montré le chemin de la justice.
Aide-nous à suivre tes voies en pratiquant la justice comme pour te rendre un culte.
Puisque nous sommes chrétiens ensemble, fais-nous te célébrer
non seulement dans nos cœurs et nos esprits, mais aussi à travers nos actes.
Que l’Esprit Saint nous aide et nous conduise à travailler
pour la justice, où que nous soyons,
afin que beaucoup de personnes soient fortifiés par ce que nous faisons.
Nous te le demandons au nom de Jésus. Amen.
Amos 5,22-25
Luc 11,37-44
Réflexion
Les chrétiens sont parfois très engagés à prier et à célébrer, mais moins préoccupés des pauvres et des marginaux. Il nous arrive de prier à l’église mais en même temps d’opprimer nos frères et sœurs humains, ou de maltraiter l’environnement. Les chrétiens d’Indonésie reconnaissent que, dans leur pays, certains s’efforcent autant qu’ils le peuvent de pratiquer leur foi mais assujettissent ceux qui ont d’autres croyances, y compris par la violence. Mais dans l’Évangile de Luc, Jésus nous rappelle que l’on manifeste extérieurement son vrai culte envers Dieu en agissant selon la justice. Il est féroce dans sa condamnation de ceux qui négligent cette obligation.
Dans la prophétie d’Amos, Dieu rejette le culte de ceux qui négligent la justice et voudraient pourtant que « le droit jaillisse comme les eaux, et la justice comme un torrent intarissable » (5,24). Le prophète insiste sur le lien absolu qui doit exister entre le culte et les actions menées selon la
justice. Lorsque des chrétiens travaillent ensemble à écouter le cri des pauvres et des opprimés, ils croissent en communion les uns avec les autres, et avec le Dieu Trinité.

Deuxième jour : Quand vous parlez, dites « Oui" ou « Non"

Dieu de droiture, donne-nous la sagesse de distinguer le bien du mal.
Fais que nos cœurs soient guidés par l’honnêteté
pour que nos lèvres disent la vérité.
Donne-nous le courage de la franchise,
même quand d’autres s’opposent à nous.
Préserve-nous de répandre des mensonges ;
Fais de nous, au contraire, des artisans d’unité et de paix,
qui propagent la Bonne Nouvelle à tous.
Nous t’en prions au nom de ton Fils, Jésus Christ. Amen

Éphésiens 4,22-25
Matthieu 5,33-37

Réflexion
La violence envers nos frères humains ne se limite pas à des agressions physiques ou à des vols, mais elle consiste aussi en ragots et en rumeurs malveillantes. Les réseaux sociaux ont rendu possible que des contre-vérités circulent instantanément auprès d’un vaste public. Les chrétiens d’Indonésie sont conscients que cela peut amener certains groupes religieux, y compris des chrétiens, à propager des mensonges et des préjugés à l’encontre d’autres groupes religieux.
La peur et la crainte des représailles peuvent rendre les gens réticents à défendre la vérité et faire qu’ils gardent le silence devant des déclarations injustes et mensongères destinées à créer la peur. Jésus affirmait avec assurance : « Quand vous parlez, dites ‘oui’ ou ‘non’ ; tout le reste vient du Malin». La tromperie détruit les bonnes relations entre personnes et entre groupes, y compris entre Églises. La malhonnêteté bouleverse l’unité de l’Église. La Lettre aux Éphésiens nous rappelle que nous sommes membres les uns des autres. C’est un appel pour les chrétiens à être honnêtes et responsables les uns des autres, afin de pouvoir grandir dans la fraternité. Si nous agissons ainsi, ce n’est pas l’esprit du Mauvais, mais le Saint-Esprit de Dieu qui nous accompagne.

Troisième jour : Le Seigneur est bienveillant et misé ricordieux

Dieu unique, Père, Fils et Saint-Esprit,
Nous te louons pour ton immense gloire manifestée dans toute la création.
Donne-nous un cœur ouvert pour accueillir tous ceux qui connaissent des discriminations.
Aide-nous à grandir dans l’amour, en dépassant les préjugés et les injustices.
Accorde-nous la grâce de respecter le caractère unique de toute personne,
afin que, dans notre diversité, nous puissions expérimenter l’unité.
Nous te le demandons par ton nom très saint. Amen

Psaume 145,8-13
Matthieu 1,1-17
Réflexion
« Le Seigneur est bon pour tous, plein de tendresse pour toutes ses œuvres », disait le psalmiste, proclamant ainsi que l’amour de Dieu dépasse les frontières de l’ethnie, de la culture, de la race et même de la religion. Le récit de la généalogie de Jésus dans l’évangile de Matthieu reflète cette vaste perspective. Alors que les cultures anciennes considéraient souvent les femmes comme inférieures, ou comme la propriété de leurs pères ou de leurs maris, Matthieu nomme quatre femmes parmi les ancêtres de Jésus, dont deux, Ruth and Rahab, étaient païennes. Trois autres ascendants de la liste étaient connus pour leur état de péché, notamment le Roi David qui avait commis l’adultère. Le fait de les nommer dans la généalogie de Jésus et de les faire participer à l’histoire humaine de Dieu, revient à proclamer que Dieu tient compte de chacun dans son plan de salut, qu’il soit homme ou femme, juste ou pécheur, en dépit de son passé.
L’Indonésie est un État constitué de plus de 17.000 îles et de 1.340 groupes ethniques, et les Églises sont souvent séparées selon des critères ethniques. Cette exclusivité peut faire que certains se croient les seuls détenteurs de la vérité, ce qui blesse l’unité de l’Église. Alors que les fanatismes ethniques et religieux augmentent et qu’un esprit croissant d’intolérance se répand dans l’ensemble du monde actuel, les chrétiens peuvent être au service de la famille humaine en s’unissant pour témoigner de l’amour universel de Dieu, et pour proclamer avec le psalmiste que «le Seigneur est bienveillant et miséricordieux » envers tous.

Quatrième jour : Contentez-vous de ce que vous avez

Dieu compatissant,
Nous te remercions de tes dons généreux.
Fais-nous la grâce d’accepter toutes tes bénédictions avec simplicité et dans une humble gratitude.
Rends-nous capables de nous satisfaire
et d’être capables de partager avec d’autres qui sont dans le besoin,
afin que nous puissions tous expérimenter
l’unité dans l’amour qui vient de Toi,
notre Dieu Trinité
qui vis et règnes pour les siècles des siècles. Amen

Hébreux 13,1-5
Matthieu 6,25-34
Réflexion
L’auteur de la lettre aux Hébreux met en garde contre l’amour excessif de l’argent et des biens matériels. Devant notre tendance à estimer que nous n’en avons jamais assez, le texte nous rappelle la providence divine et nous assure que Dieu n’abandonnera jamais sa création. À travers la fécondité de la terre, des rivières et des mers, la bonté de Dieu a prévu toute la nourriture et l’eau fraîche nécessaires à la subsistance de tous les êtres vivants, et pourtant beaucoup de gens manquent de ces premières nécessités. La faiblesse et l’avidité humaines aboutissent souvent à la corruption, à l’injustice, la pauvreté et la faim. Il peut être tentant, au lieu de nous soucier des autres et de partager nos biens avec eux, d’amasser et accumuler de l’argent, de la nourriture et des ressources naturelles rien que pour nous-mêmes, notre nation ou notre groupe ethnique.
Jésus nous apprend pourtant à ne pas nous soucier d’abord des biens matériels. Nous devrions plutôt rechercher d’abord le royaume de Dieu et ce qui le caractérise, dans la certitude que notre Père céleste nous procurera le nécessaire. Ces dernières années, certaines Églises d’Indonésie ont fourni différents soutiens financiers, humains et éducatifs à de petites Églises en zones rurales. À travers cet exemple simple et concret d’amour mutuel, elles manifestent que leur unité avec leurs frères chrétiens est un don de Dieu à son Église. En vivant plus simplement, sans nous préoccuper de gagner de l’argent plus que nous n’en avons besoin ou d’accumuler des ressources pour l’avenir, nous pouvons faire que la terre, notre maison commune, soit plus juste.

Cinquième jour : Pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres

Dieu notre Père,
pardonne notre soif de pouvoir
et libère-nous de la tentation d’opprimer autrui.
Par ton Esprit de communion, aide-nous à être solidaires de notre prochain,
et donc à travailler avec ton Fils Jésus
pour remplir ta promesse de libération de la pauvreté et de l’oppression.
Nous te le demandons en son nom. Amen.

Amos 8,4-8
Luc 4,16-21
Réflexion
Le prophète Amos critiquait les commerçants qui pratiquaient la tromperie et exploitaient les pauvres pour se faire un maximum de profit. Amos soulignait aussi que Dieu observe leurs mauvaises actions et ne les oubliera jamais. Dieu écoute les pleurs des victimes de l’injustice et n’abandonne jamais ceux qu’on exploite et traite injustement. Nous vivons dans un monde globalisé où la marginalisation, l’exploitation et l’injustice sont endémiques.
Le fossé se creuse entre les riches et les pauvres. La réussite économique se transforme en facteur décisif des relations entre personnes, nations et groupes sociaux. Les questions économiques déclenchent souvent parmi eux des tensions et des conflits. Il est difficile de vivre en paix quand il n’y a pas de justice.
En vertu de notre baptême commun, nous partageons tous, en tant que chrétiens, la mission prophétique de Jésus : proclamer la Bonne Nouvelle aux pauvres et aux faibles, en paroles comme en actes. Si nous acceptons cette mission, l’Esprit du Seigneur repose sur nous et nous rend capables de travailler pour la justice. Notre dignité de chrétiens nous appelle à parler et à agir de façon à ce que les paroles contenues dans le rouleau du prophète Ésaïe, proclamées par Jésus à Nazareth, s’accomplissent quotidiennement dans ce que perçoivent ceux qui nous entourent.

Sixième jour : Le Seigneur de l’univers, c’est son nom

Dieu d’amour,
Par ta parole, tout a été créé.
Nous te rendons grâce pour l’univers
qui manifeste ta gloire, ta beauté et ta bonté.
Donne-nous la sagesse d’avancer avec douceur sur la terre
et d’être ensemble les prophètes de ta bonne nouvelle à toute la création. Amen.

Jérémie 10,12-16
Marc 16,14-15

Réflexion
Le monde créé manifeste l’extraordinaire puissance de Dieu. La grandeur de Dieu se rend visible dans et par toute la création : « Le Seigneur de l’univers, c’est son nom». Aujourd’hui, nous connaissons néanmoins une grave crise écologique planétaire, qui menace la survie de la nature. Par avidité, beaucoup de gens ont été amenés à exploiter la création au-delà de ses capacités. Au nom de la croissance, on abat des forêts et la pollution détruit la terre, l’air, les rivières et les mers, rendant l’agriculture impossible et l’eau fraîche introuvable, et causant la mort des animaux. Dans ce contexte, il convient de rappeler qu’après sa résurrection, Jésus a chargé les disciples de proclamer la Bonne Nouvelle «à toutes les créatures». Aucune portion de la création n’échappe au projet de Dieu de faire toutes choses nouvelles. Et il faut donc passer d’une tendance à exploiter la création à une attitude qui la valorise et nous réconcilie avec elle.
Des mouvements existant chez des fidèles de diverses religions en Indonésie et en bien d’autres endroits, incitent les chrétiens à encourager les Églises éco-responsables et à prendre position contre les abus environnementaux. Cela unit les chrétiens dans le témoignage rendu à leur Créateur, car « lui, c’est le créateur de tout ». Lorsque nous nous associons à d’autres chrétiens pour défendre notre maison terrestre commune, nous ne nous engageons pas dans un militantisme, mais accomplissons le commandement du Seigneur : proclamer à toute la création la bonne nouvelle de l’amour de Dieu qui guérit et restaure.

Septième jour : Femme, ta foi est grande !

Dieu de grâce,
Tu es la source de la dignité humaine.
Par ta grâce et ta puissance
les paroles d’Anne ont changé le cœur du prêtre Éli ;
par ta grâce et ta puissance les paroles de la Cananéenne ont amené Jésus à guérir sa fille.
Puisque nous cherchons à manifester l’unité de l’Église,
accorde-nous le courage de rejeter toutes les formes de violence envers les femmes et de célébrer les dons de l’Esprit que les femmes mettent au service de l’Église.Nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur, qui vit et règne avec toi et le Saint-Esprit,
maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

1 Samuel 1,13-17
Matthieu 15,21-28

Réflexion
Éli se méprend sur la profondeur et la ferveur de la prière d’Anne, et la condamne en prenant ses supplications pour des divagations d’ivrogne. Pourtant, en répondant pour lui demander de ne pas la renvoyer «comme une fille de rien », elle lui rend la douceur, si bien qu’il la renvoie avec une bénédiction. Pareillement, lorsque la Cananéenne vient demander à Jésus de guérir sa fille, il commence par l’écarter, en disant qu’il n’est venu que pour son propre peuple. Elle persiste pourtant dans sa prière et sa supplication, et finalement Jésus, reconnaissant que sa foi est grande, exauce sa demande. Dans les deux cas, une femme initialement marginalisée et jugée indigne d’attention est parvenue à prononcer des paroles prophétiques qui ont adouci les cœurs et apporté guérison et intégrité.
La marginalisation et la mise à l’écart de certaines voix de femmes se poursuit aujourd’hui. Et au sein même de nos Églises, nous nous rendons souvent complices de cultures qui dévalorisent les femmes. En prenant conscience de leurs propres manquements en ce domaine, les chrétiens reconnaissent davantage toute l’horreur de la violence faite aux femmes et aux enfants, arrachés de force à leur domiciles et victimes de la traite en direction d’autres terres. Ces personnes, avec beaucoup d’autres travailleurs migrants, sont souvent traitées inférieurement aux êtres humains, et se voient dénier les droits humains les plus fondamentaux. Au cours de ces dernières années, les Églises d’Indonésie ont entrepris d’agir ensemble contre les trafics humains et les abus sexuels sur mineurs. Leurs efforts, et ceux des fidèles d’autres religions, sont d’autant plus urgents que le nombre de victimes en certaines régions de leur pays s’accroît quotidiennement.
Lorsque des chrétiens se rassemblent pour prier et étudier les Écritures, en se mettant vraiment à l’écoute de la parole de Dieu, ils découvrent que Dieu parle aussi aujourd’hui à travers les appels des plus maltraités de la société. En écoutant ensemble l’appel de Dieu, ils sont encouragés à s’unir pour agir ensemble contre le fléau de la traite des êtres humains et contre d’autres maux

Huitième jour : Le Seigneur est ma lumière et mon salut

Dieu notre Soutien,
nous te louons pour ton amour bienveillant,
pour ton appui dans les moments d’épreuve,
et la lumière que tu nous manifestes aux moments de ténèbres.
Transforme nos vies pour qu’elles soient une bénédiction pour les autres.
Aide-nous à vivre l’unité dans la diversité
pour témoigner de notre communion avec toi,
Toi qui es Père, Fils et Saint-Esprit,
un seul Dieu maintenant et pour les siècles des siècles. Amen

Psaume 27,1-4
Jean 8,12 – 20

Réflexion
Tout au long des huit jours de cette Semaine de Prière pour l’Unité des Chrétiens, les réflexions quotidiennes ont porté sur un certain nombre de situations difficiles auxquelles le monde est actuellement confronté, telles que la cupidité, la violence, l’exclusion, l’exploitation, la pauvreté, la pollution, la faim et le trafic en tous genres. Les Églises d’Indonésie prennent aussi ces questions pour des défis auxquels tous les chrétiens sont confrontés. Elles reconnaissent et confessent que certains de ces péchés ont aussi entaché la vie de leurs Églises, ce qui a blessé leur unité et amoindri leur témoignage envers le monde. En même temps, elles conviennent aussi des nombreux exemples prometteurs donnés par les Églises qui se rassemblent pour témoigner de leur unité dans le Christ.
Les chrétiens d’autres parties du monde peuvent citer beaucoup d’autres exemples à partir de leur propre situation. Jour après jour, année après année, et particulièrement en cette Semaine de Prière pour l’Unité, des chrétiens se réunissent pour prier ensemble, en professant leur foi baptismale commune, en écoutant la voix de Dieu dans les Écritures, et en priant les uns avec les autres pour l’unité du corps du Christ. Ce faisant, ils reconnaissent que la Sainte Trinité est la source de toute unité, et que Jésus est la lumière du monde qui promet la lumière de la vie à ceux qui le suivent. Ils sont souvent attristés ou contrariés par les nombreuses injustices du monde. Mais ils ne perdent pas l’espérance, ils se mettent à agir. Puisque le Seigneur est leur lumière, leur salut et la citadelle de leur vie, ils n’ont pas de crainte

Sur le même thème

anneeliturgique

Liturgie

NOTRE PERE (1)

Rencontrer Jésus

rencontrer jésus

MessesInfo

messes.info

Catéchèse & catéchuménat

logo du site catechese.catholique.fr