“Lutter contre la pédophilie”, une démarche initiée en 2000 par l’Eglise catholique en France

 

Monique Baujard, Directrice du service famille et société de la Conférence des évêques de France, a collaboré à l’élaboration de la brochure « Lutter contre la pédophilie ». Elle revient sur cette initiative voulue par les évêques de France.
brochure : Lutter contre la pédophilieEn France, à partir du début des années 2000, l’Eglise catholique s’est interrogée fortement sur la question de la pédophilie. Il s’agissait de permettre aux évêques d’avoir conscience des mécanismes qui étaient en cause et d’avoir une réflexion avec des spécialistes sur ces problèmes. En 2003, la brochure « Lutter contre la pédophilie » a été publiée. Toujours d’actualité, elle est une référence au-delà même du cercle ecclésial, y compris dans un certain nombre de lieux de formation laïcs.
Cette brochure cherche à donner des informations simples sur la réalité très diversifiée que recouvre le mot “pédophilie”, sur la personnalité de ceux qui se livrent à de tels actes, sur les conséquences pour les victimes et sur la façon dont le droit français sanctionne ces agissements. Elle rappelle que la dénonciation s’impose, en vertu de la loi française, chaque fois que des faits précis sont connus. Elle donne des repères pour agir dans les situations où il n’existe que des soupçons. Elle souligne enfin qu’il appartient aux personnes tenues au secret professionnel et à qui la loi française reconnaît “une option de conscience” de tout mettre en œuvre pour que l’auteur de tels faits se livre lui-même à la justice.
La spécificité de ce document est de resituer ces actes très graves par rapport à une relation éducative saine et d’analyser, à la lumière de l’Évangile, les enjeux de cette lutte contre la pédophilie.

Dans quel cadre cette initiative s’est-elle inscrite?

Il y a dix ans des reproches forts ont été fait à l’Eglise catholique suite à des cas de pédophilie mettant en cause des prêtres.
Un groupe de travail a été mis en place par la Conférence des évêques de France réunissant médecins, psychologues, juristes, théologiens et évêques pour essayer des mieux cerner ce phénomène. Rappelons à cet égard que la pédophile, encore à cette époque, était un phénomène assez mal connu par la société française dans son ensemble. Les progrès des sciences humaines ont été décisifs pour tenter d’appréhender cette réalité complexe. Ce travail a aussi permis de faire prendre conscience de la gravité de ces situations et de la souffrance infligée aux victimes souvent incapables par la suite de construire leur vie affective.
Ce travail a abouti à la déclaration des évêques à Lourdes en novembre 2000 condamnant très fermement les actes de pédophilie. Les évêques ont alors tenu à souligner que l’Eglise se situait résolument du côté des victimes. Ils ont rappelé que lorsqu’un prêtre commettait des crimes ou des délits de cette nature, il y avait une double trahison : en transgressant la loi, le prêtre non seulement trahit la confiance de l’enfant et de la société mais aussi l’Evangile qu’il est chargé d’annoncer.

La brochure est la suite de cette déclaration ?

Il est effectivement apparu très vite qu’il était nécessaire d’aller plus loin. L’enjeu était de lutter concrètement contre la pédophilie et de sensibiliser tous ceux qui étaient en contact avec des enfants.
A travers cette brochure, nous nous sommes ainsi donné trois objectifs :
Il fallait que cette condamnation inconditionnelle soit connue de tous.
Il s’agissait ensuite d’expliquer le phénomène de la pédophilie. A cette époque, des actes pédophiles étaient parfois encore assimilés à des faiblesses passagères. Or la pédophilie est souvent liée à une structure psychologique clivée. Il s’agit donc d’une pathologie qui demande une prise en compte particulière. L’objectif, essentiel mais difficile, était enfin de favoriser la prévention. Fondée sur les observations des comportements des enfants et des adultes, elle demande de la vigilance et une action d’éducation, notamment auprès des enfants qui doivent apprendre à faire respecter leur corps.
La vigilance n’en demeure pas moins délicate : si l’on passe à côté d’un cas de pédophilie ou, à l’inverse, si l’on jette la suspicion de façon injustifiée, on peut briser une vie.
Or, sur ce sujet on est très rarement dans l’évidence mais quasiment toujours dans le doute, dans le malaise… Notre projet était de donner, malgré ces difficultés, des pistes de discernement, de souligner que ce travail ne pouvait être fait seul et de favoriser l’éducation des enfants dans ce domaine.

Quels sont les fruits de ce travail d’information et de prévention ?

Tirée à 100 000 exemplaires, la brochure a été diffusée largement au sein de l’Eglise catholique, notamment auprès des mouvements en lien avec les enfants et les jeunes.
On a assisté, et pas seulement dans l’Eglise, à un changement d’attitude : les réflexes de défense des institutions se sont effacés devant la prise de conscience de la souffrance des victimes.
Dans l’Eglise, plusieurs évêques ont pris contact avec les autorités judiciaires lorsqu’ils ont appris des faits graves concernant des prêtres. Certains ont même accompagné personnellement le prêtre auprès du Procureur de la République pour qu’il avoue ses agissements.

Les préconisations sont-elles encore aujourd’hui pertinentes pour lutter efficacement contre la pédophilie ?

Sur le fond l’analyse et les pistes restent pertinentes. Mais malgré toutes les mesures de prévention, des cas de pédophilie existent toujours. Lutter contre la pédophilie demande donc une vigilance constante de la part de tous les adultes et un effort d’éducation continu auprès des enfants et des jeunes.

Sur le même thème