Pour un regard renouvelé sur Martin Luther

Mgr Vincent JordyMartin Luther : peu de figures ont autant marqué l’histoire récente et surtout opéré un tel clivage à propos de leur personne et de leur influence dans le temps. Pour les uns, Martin Luther apparaît comme celui qui a eu le courage, l’audace de dénoncer des dérives théologiques et de s’élever contre l’autorité ecclésiale de son temps. il est celui qui a défié la puissance de l’institution pour retourner à la pureté de la foi et de l’Évangile. On lui attribue le retour à la foi seule et à l’Écriture seule comme accès au salut. Pour d’autres, il est celui qui, s’élevant contre l’Église, a brisé l’unité de la foi en Europe et présenté sa lente sécularisation. On a fait de lui une figure de la vie évangélique authentique ou la cause de déchirements meurtriers. On n’a pas hésité à passer au crible sa psychologie pour y trouver les origines d’un tel drame.

Même si les caricatures sont tenaces, cinq cents ans après que Martin Luther a affiché symboliquement ses 95 thèses à Wittenberg, le contexte a bien entendu beaucoup changé. La naissance du mouvement œcuménique et l’engagement de l’Église catholique sur le chemin du dialogue avec les autres confessions chrétiennes – avant et surtout après le concile Vatican II – ont ainsi beaucoup contribué à faire évoluer le regard catholique sur Martin Luther. De manière plus précis encore, depuis le décret Unitatis redintegratio, la réflexion entre catholiques et luthériens a franchi des pas essentiels avec, en particulier, la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification par la grâce signée en 1999 par la Fédération luthérienne mondiale d’une part et l’Église catholique d’autre part.

Plus récemment, la perspective du 500e anniversaire de la Réforme initiée par Martin Luther a été l’occasion d’un nouveau travail commun et d’une relecture conjointe de l’histoire intitulée Du conflit à la communion (1). Ce travail commun, opéré par des experts catholiques et luthériens, a conduit à une lecture renouvelée, plus juste et plus objective des événements qui allaient conduire à la Réforme.

En cette année de célébration et de commémoration, les ouvrages sur Martin Luther et la naissance de la Réforme sont nombreux et variés (2). Ils permettront à chacun de progresser dans la réflexion concernant ces événements complexes qui se sont déroulés il y a maintenant cinq cents ans.

Ce Documents épiscopat sur Luther a une tout autre ambition. Il veut simplement permettre à celui que la question œcuménique habite, d’entrer dans ce dossier. En ce sens, une première partie donne des éléments de biographie qui permettront à chacun de situer Martin Luther dans son temps et d’éclairer, pour une meilleure compréhension, ce qui a conduit à son interrogation profonde et aux choix qu’il va faire. Une seconde partie, plus développée, met en relief des textes essentiels publiés depuis Vatican II et le décret sur l’œcuménisme, afin d’approfondir le regard catholique sur Martin Luther, la manière dont il a évolué et les questions qu’il porte encore aujourd’hui.

Martin Luther était travaillé par une question essentielle : « Comment aurai-je un Dieu de grâce » Que cette lecture nous fasse découvrir un peu plus ce chemin vers le Dieu de toute grâce.

Mgr Vincent Jordy,

Évêque de Saint-Claude

Président du Conseil pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme.

(1) Du conflit à la communion, commémoration luthéro-catholique commune de la Réforme en 2017.

(2) On trouvera d’ailleurs dans ce numéro de Documents épiscopat une bibliographie, p.58-59.

Sur le même thème