Intention de prière du Pape pour avril 2020

En ce mois d’avril 2020, prions pour toutes les personnes sous l’emprise d’addictions afin qu’elles soient soutenues sur leur chemin de libération. 

Se libérer de ses addictions int prière Pape avril 2020Il n’y a pas d’addictions sans emprise. Addiction aurait suffi. L’association des deux mots me suggère l’image d’un redoublement : une porte fermée à double tour, un tour à l’extérieur et un tour à l’intérieur. Pour ouvrir la porte il faut que les deux côtés soient déverrouillés dans un mouvement concerté. L’un dépend de la personne captive, l’autre d’une bienveillante sollicitude.

La tendance aujourd’hui est moins de s’arrêter à la nature des addictions et de la toxicité intrinsèque du produit ou de l’attitude (alcool, drogue, jeu, etc.) qu’à la description de la réalité mentale et corporelle dans laquelle l’addiction entraîne : un conflit d’intérêt entre les bienfaits recherchés et les nuisances occasionnées. Peu à peu, les premiers disparaissent alors que les secondes s’amplifient. Addiction entraîne dépendance et donc perte de liberté pour s’en sortir. Progressivement, le piège se referme. Avançant dans cette perspective, l’addiction sera définie comme toute consommation ou tout comportement qui entraîne des conséquences préjudiciables pour soi ou pour les autres. Ainsi, toute activité peut donner naissance à une addiction : la vitesse, la pornographie, Internet avec le sexe ou les jeux, l’alimentation, les achats, la divination, le sport, etc., et même les pratiques religieuses.

Les personnes pour lesquelles nous prions sont d’abord celles dont l’équilibre, la santé, l’espérance de vie, les relations sociales, professionnelles, familiales sont compromises. Les souffrances générées par ces situations – le mot enfer est souvent utilisé pour les caractériser – sont considérables pour les personnes et leurs entourages qui se trouvent souvent contraints à prendre de la distance pour se dégager de l’emprise des conséquences de l’addiction. Nous prenons dans notre prière les unes, et les autres. Notre prière deviendra plus réelle si nous regardons dans notre propre vie les amorces possibles d’addictions et si nous cherchons à y apporter un sain correctif. Nous toucherons alors du doigt que notre effort est nécessaire mais que nous avons aussi besoin de la force bienveillante d’en haut manifestée par celle d’un proche.

Depuis quelques semaines, le Covid 19 a pris le devant de la scène, s’imposant comme urgence première, bouleversant d’abord la vie de ceux qui sont touchés, et celle de tous. Que cette réaction nécessaire nous aide personnellement et en société à revisiter les priorités de nos vies et à mettre notre confiance dans le Cœur de Jésus.

P. Daniel Régent sj, directeur France