Mgr Hollerich : “La patrie de la France est l’Europe”

Jean-Claude_HollerichArchevêque de Luxembourg, Mgr Jean-Claude Hollerich a prononcé l’homélie lors de la Messe pour la France, le 10 juillet 2016 à Strasbourg. Il encourage les jeunes chrétiens à s’engager pour construire une Europe qui ne laisse personne de côté.

Chères soeurs,
Chers frères,

Permettez-moi d’exprimer tout d’abord ma gratitude à Monseigneur Grallet de m’avoir invité à vous parler de l’Europe à l’occasion de cette Sainte messe pour la France.

La France est votre patrie – vous avez raison d’en être fiers … pas seulement à cause du championnat européen de football. Vous pouvez aussi être fiers de l’initiative de Robert Schuman qui a abouti à la CECA et finalement à l’Union Européenne. Oui, Schuman, quoique né à Luxembourg et ayant le luxembourgeois, le francique mosellan comme langue maternelle, s’est toujours senti français et en même temps européen parce que français.

Schuman avait une vision de l’Europe qui émanait de la vision de l’Europe comme projet de paix. Il avait compris qu’une politique de la balance des pouvoirs en Europe était arrivée à des échecs sanglants. L’histoire lui donne raison …. nos pays ont connu la paix et la prospérité.

Mais notre civilisation est en train de changer …. la mémoire de l’histoire devient plus faible, l’individu se sent plus isolé et dans les effets de la mondialisation, dans l’effritement des systèmes sociaux, l’individu se sent plus faible, menacé dans son identité. L’individu en Europe est en recherche d’identité…. une identité régionale ou nationale forte, promise par ces vendeurs d’illusions que sont les partis populistes… et l’Europe est de nouveau déchirée. Ne nous laissons pas porter par ces vagues de populisme qui vont se défouler dans une mer hostile et menaçante. Osons donner une vision d’une identité européenne, seule une telle identité pourra à la longue préserver et fortifier les institutions de l’Union. Osons plus de démocratie…. une identité qui n’est pas démocratique est contre la tradition de l’Europe et de la France …. osons donner plus de compétences au Parlement qui siège dans votre belle ville ….. osons construire un espace public et médiatique européen qui est la condition de toute démocratie parlementaire.

Si nous ne le faisions pas … les conséquences seraient désastreuses … une méfiance envers les institutions de l’Union par ses peuples … qui ne les verraient pas comme leur représentation, mais comme des décideurs anonymes, objets de la pression des lobbies et ignorant la volonté des peuples d’Europe.

Veillons à ne pas réintroduire l’ancien système de la balance des pouvoirs au sein du Conseil de l’Union ! L’Europe a créé l’État national et le monde nous a suivis. Le monde regarde maintenant vers nous si nous pouvons dépasser ce stade …. tout en gardant tout ce qui est positif.

Chers amis… notre religion nous enjoint de garder les commandements du Seigneur, le Christ nous enseigne que l’amour de Dieu et l’amour du prochain en est le centre. Les chrétiens sont appelés à sortir des sacristies et des églises pour un engagement pour nos sociétés. Cet amour du prochain a une dimension sociétale et politique. Cet amour nous conduit vers un engagement radical pour le bien commun, basé sur une solidarité réelle. Comment des pays riches en Europe peuvent-ils se désolidariser des pays pauvres ? Comment pouvons-nous tolérer un chômage des jeunes qui leur enlève toute envie de vision de l’avenir ? Je voudrais lancer un appel aux jeunes ….. sortez de vos chapelles du particularisme …. engagez-vous pour vos pays et pour l’Europe…. construisez une Europe plus juste, garantie de la paix. Une Europe chrétienne n’est pas une Europe figée dans quelque vue du passé, mais une Europe où les chrétiens avec tous les hommes de bonne volonté, s’engagent pour tous ceux qui sont laissés de côté, marginalisés… oubliés.

Un vrai amour du prochain doit toujours avoir le sens du respect de l’autre, même s’il part et ne veut plus coopérer au projet européen… susciter l’animosité ne sert à rien… mais engageons-nous pour un dialogue véritable… entre nord et sud, entre est et ouest. Il y a des différences de bien-être… de répartition des richesses … il y a des différences dans l’expérience de l’histoire … quand du côté occidental nous voyons l’État-Nation comme le moteur qui a poussé aux deux conflits qui ont ravagé notre continent, les pays de l’est voient la nation comme havre de liberté après les décennies d’oppression.

Établissons un vrai dialogue … écoutons-nous les uns les autres … ne divisons pas l’Europe en noir et blanc … les bons européens et les autres …

Parlons de l’Europe, osons en parler, ne laissons pas sombrer le navire qui nous porte parce que nous voulons aller dans des directions différentes ….

Prenons au sérieux le commandement de l’amour de Dieu et du prochain en Europe.

Engageons-nous pour la liberté, l’égalité et la fraternité en Europe.

La France est votre patrie, la patrie de la France est l’Europe.

Mgr Jean-Claude Hollerich, Archevêque de Luxembourg

 

Sur le même thème

  • Europe

    « Dire Europe, doit vouloir dire ouverture ». Cette phrase de Jean Paul II (Ecclesia in Europa n°111) reste emblématique de la vision de l’Église pour l’Europe. Une vision qui mérite d’être mieux connue et comprise aujourd’hui. C’est parce que le projet européen est avant tout un projet de paix et de réconciliation qu’il a […]

  • Église en périphérie

    « La présence des catholiques aux périphéries » est une réalité au sein de l’Église en France.
    Les mouvements et associations catholiques vivent sur le terrain, la diversité des actions.
    L’Église doit être présente et annoncer de l’Évangile partout où sont les pauvres.