Chrétiens dans la révolution numérique, retour sur la présentation

en visioconférence

 

Chrétiens dans la révolution numérique

Prendre conscience des questions anthropologiques et éthiques portées par le numérique

29 septembre 2022, de 18h30 à 20h

Dans la continuité de ses travaux sur les effets des usages des technologies numériques sur nos sociétés, le pôle « Société » du Service national Famille et société de la CEF a organisé le 29 septembre un webinaire intitulé « Chrétiens dans la révolution numérique ». Plus d’une centaine de participants ont pu écouter les points de vue croisés de Bernard Jarry-Lacombe, François Euvé et Thierry Magnin, tous les trois co-auteurs du livre « Pour un numérique au service du bien commun », ainsi que ceux de Grégoire Catta, directeur du Service National Famille et Société de la CEF et de Joëlle Eluard, ex-responsable de la Pastorale pour la catéchèse et le catéchuménat des adolescents, depuis septembre coordinatrice nationale de la Pastorale des Personnes Handicapées.

Bernard Jarry-Lacombe a rappelé le caractère massif et systémique du développement du numérique, par son ampleur – plus de quatre milliards d’internautes -, la fulgurance de son développement, mais surtout par sa présence et prégnance dans toutes les activités, au point de devenir incontournable voire addictif. Comme le dit Marc Hunyadi, dont une courte vidéo a été projetée, le numérique est devenu « médiation obligée au monde ». De surcroît cette médiation obligée est contrôlée par quelques entreprises américaines ou chinoises pour la plupart. Au-delà de l’internet il faut aussi prendre en compte la dimension globale du numérique, avec tout particulièrement l’intelligence artificielle, la réalité virtuelle, la reconnaissance faciale et les robots, ou encore les chatbots très répandus aujourd’hui. Nous devons accélérer la prise de conscience des nouvelles questions éthiques et anthropologiques comme abordé ci-après.

Thierry Magnin a développé la question de l’homme face à la machine. A l’heure de « plus en plus d’humanisation des machines et de machinisation de l’homme » qu’en est-il du propre de l’homme ? Deux idées furent développées : d’une part la place des émotions, de la sensibilité, de la vulnérabilité, que la machine, sans corps, peut au mieux simuler mais pas éprouver et, d’autre part, la confusion entre cognition et calcul. Est-ce que calculer c’est penser ? Et de conclure : l’homme a la capacité de concevoir des systèmes numériques performants mais il a aussi la capacité de les transcender.

François Euvé rappela que l’homme est un être de relation et illustra l’ambivalence de l’utilisation du numérique dans son rapport au bien commun. Ambivalence entre mise en relation et poussée de l’individualisme, ambivalence entre accès large au numérique et nouvelle fracture sociale, ambivalence entre partage gratuit et nouvelles exploitations de l’homme, ambivalence encore entre outil disponible pour la quête de liberté et l’asservissement via les fake news et la haine en ligne.

Grégoire Catta, en nous parlant du numérique sous le regard de la pensée sociale de l’église, poursuivit le propos précédent. Il éclaire l’usage et le développement du numérique dans la considération de la dignité et du respect de l’individu, des principes de solidarité, de subsidiarité et de participation de chacun, de la destination universelle des biens dont le numérique et les datas commencent à faire partie, et enfin de l’option préférentielle pour les pauvres à commencer par leur accès facile au numérique et à ses usages.

Joëlle Eluard aborde son sujet par ce propos du pape François qui nous appelle à « samaritainiser » le monde du numérique. Joëlle nous rappelle que l’Eglise se fait parole, message, conversation tout en veillant à ce que cette parole ne soit ni orgueilleuse, ni puissance ou offensante, enjeux particulièrement présents dans la communication numérique. C’est ainsi que le nouveau directoire pour la catéchèse nous alerte sur la culture du numérique qui est vue comme une révolution anthropologique. Ce sont des nouvelles manières de vivre, de communiquer, d’apprendre qui amènent à poser les questions du rapport à la vérité, à l’autorité, au savoir, à l’image et au temps.

Les vidéos des différentes interventions seront disponibles sur le site de la CEF, sous la rubrique « Innovation et Technologies ».

Ces réflexions croisées participent à la prise de conscience, au recul, à la lucidité et à la responsabilité vis-à-vis de l’évolution technologique ou techniciste du monde. En tant que citoyens et en tant que chrétiens, nous ne pouvons pas rester passifs face à l’omniprésence de ces technologies.

Thierry Sergent, chargé de mission Innovation et Société

Déroulement

Les enjeux du numérique, par Bernard Jarry-Lacombe, chargé de mission Innovations et société à la CEF (*)

Le numérique et le vivre-ensemble, par P. François Euvé, rédacteur en chef de la revue Etudes (*)

Le numérique et les nouvelles relations homme – machine, par P. Thierry Magnin, Président Recteur Délégué, Université Catholique de Lille

Questions éthiques : le numérique et la Pensée sociale de l’Eglise, par P. Grégoire Catta, directeur du SNFS, service national famille et société de la CEF

Le numérique au service de la mission : catéchèse et pastorale des jeunes, par Joëlle Eluard, ex-responsable de la Pastorale pour la catéchèse et le catéchuménat des adolescents, depuis septembre coordinatrice nationale de la Pastorale des Personnes Handicapées

(*) Co-auteurs, avec Jean-Marie Bergère et Hubert Tardieu, du livre Pour un numérique au service du bien commun, Odile Jacob, 2022

NEWSLETTERS

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

LIENS EXTERNES

ccne
academie pontificale sciences
DSE doctrine sociale