Sœur Amélie d’Aboville, religieuse de l’Assomption à Bondy

Sœur Amélie d’Aboville est religieuse de l’Assomption à Bondy (Seine-Saint-Denis). Elle a prononcé ses vœux perpétuels, à 33 ans, le 26 mai 2018. Témoignage.

soeur Amélie d'Aboville« Voilà neuf ans que je suis rentrée chez les Religieuses de l’Assomption, une congrégation à la fois contemplative et apostolique, fondée en 1839 par Sainte Marie-Eugénie de Jésus et dont le charisme principal est l’éducation. C’était le 14 septembre 2009. J’avais 24 ans. Aujourd’hui, j’en ai 33. J’aime bien dire que l’histoire de ma vocation, c’est l’histoire d’une voix.

C’est d’abord un chuchotement. Un Dieu qui est venu chuchoter à mon oreille son existence et son désir de m’aimer, à travers l’éducation que j’ai reçue et mes premiers contacts avec les Religieuses de l’Assomption lorsque j’avais une dizaine d’années, à Saint-Gervais, dans les Alpes. Ce chuchotement s’est transformé en petite voix grâce à mon investissement dans le scoutisme, comme louvette, guide, guide-ainée et cheftaine. J’ai découvert le sens de l’engagement en vérité devant Dieu ainsi que le goût pour l’éducation des plus jeunes. Cette petite voix s’est rendue présente de plus en plus lors de mes années étudiantes. Je garde un souvenir marquant des Journées Mondiales de la Jeunesse à Rome et à Cologne. A un moment donné, j’ai senti que cette voix non seulement se faisait entendre de manière insistante mais qu’elle devenait appelante et qu’elle attendait une réponse. Elle me disait : « Amélie, je vais avoir besoin de toi pour construire mon Royaume. Es-tu prête à tout quitter pour me suivre ? »

« J’ai refusé d’écouter cette voix »

J’ai dit « non » d’abord. Moi ? Religieuse ? Ne pas me marier ? Porter une jupe toute ma vie ? Renoncer à la maternité ? Ne plus voir ma famille ? Quelle idée ! J’ai refusé d’écouter cette voix. Mais plus je refusais, et moins ma vie avait de sens.

J’ai fini par comprendre qu’il fallait peut-être que je réponde « oui » à cette voix qui ne cessait pas de m’interpeller et de me promettre une vie en plénitude. Et si je me mettais en route vers le bonheur ?

Pour pouvoir dire un vrai « oui », j’ai décidé de prendre le temps de discerner. Je suis partie à l’étranger, en Lituanie, en volontariat avec les Religieuses de l’Assomption. Histoire de me retrouver vraiment seule pour  comprendre ce à quoi m’appelait cette voix. J’ai pu faire cette expérience de la solitude au cœur de laquelle Dieu parle. Et j’ai dit « oui » !

J’ai suivi les différentes étapes de formation que propose notre Congrégation : postulat, noviciat et juniorat. Et le 26 mai 2018, j’ai prononcé mes vœux perpétuels. Je ne dirais pas que c’est l’aboutissement de ce que Dieu a commencé en moi le jour de mon baptême. Je dirais plutôt que c’est le commencement. Un engagement définitif ne signifie  pas  la promesse d’être pour toujours une religieuse. Je crois qu’il est le contraire : il est le consentement à accepter d’être en devenir. En fait,  j’ai fait la promesse de vouloir devenir une Religieuse de l’Assomption. C’est maintenant que tout commence.

Je ne sais pas ce que me réserve la suite car la vie avec le Christ est pleine de surprises mais j’ai la certitude que quoique je fasse et où que j’aille, Dieu me précède et m’attends.

Depuis trois ans, je suis enseignante de français dans un collège qui appartient à notre réseau d’établissements Assomption-France, à Bondy. C’est un défi passionnant  d’enseigner le français en Seine Saint Denis. J’aime ces élèves qui viennent de tous les horizons, j’aime leur diversité de culture  et toute ma pédagogie consiste à leur montrer combien le mot, la parole, le Verbe a plus de pouvoir que tout. Surtout contre la violence et l’agressivité réellement présentes. J’aime leur donner les clés pour les faire entrer dans un univers qui leur semble inaccessible, celui  du beau, de la littérature et de la culture. J’aime voir leurs yeux pétiller lorsqu’ils prennent gout à la lecture et se passionne pour un livre. Le français est une merveilleuse matière à enseigner en Seine Saint Denis ! »

Sur le même thème

  • Les Fils de la Charité à La Courneuve

    Les Fils de la Charité au cœur des quartiers populaires

    Depuis septembre 1972, la Congrégation des Fils de la Charité est implantée à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Ils officient au cœur des banlieues et des milieux populaires. Jusqu’en 2013, ils résidaient en HLM au plus près de la population sénaquo-dionysienne.

  • Mgr Delannoy et Mgr  Victor Abagna-Mossa

    La coopération missionnaire entre Saint-Denis et le diocèse d’Owando

    Le Père Jacques Meunier, 78 ans, prêtre ainé du diocèse de Saint-Denis et le Père Borice Mokele, prêtre étudiant résidant de la paroisse Notre-Dame du Rosaire des Lilas incardinés dans le diocèse d’Owando (Congo Brazzaville) symbolisent le jumelage. De cette rencontre est née une solide amitié et un jumelage entre le diocèse de Saint-Denis et le diocèse d’Owando. Moments fraternels de la vie ecclésiale du diocèse de Saint-Denis.

  • Pères Tanneguy Viellard et Joseph Zhao

    A la rencontre de la communauté catholique chinoise de Seine-Saint-Denis

    Le Père Tanneguy Viellard est prêtre à Notre-Dame des Vertus d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il a été de 2014 à 2016 aumônier de la communauté catholique chinoise. Depuis deux ans, il a passé le relai au Père Joseph Zhao, nouvel aumônier de la communauté chinoise et aussi vicaire de la paroisse Notre-Dame du Rosaire au Lilas, dans le diocèse de Seine-Saint-Denis. Focus sur la communauté chinoise catholique d’Aubervilliers.

  • 14 janvier 2018 : Messe de consécration du nouvel autel de la basilique Saint-Denis par Monseigneur DELANNOY, évêque de Saint-Denis (93), France.

    Un nouveau chœur pour la basilique-cathédrale Saint-Denis

    La basilique cathédrale de Saint-Denis s’embellit d’un chœur restauré et réaménagé, qui accueille un mobilier liturgique de pierre et de lumière réalisé par l’artiste Vladimir Zbynovsky. Le défi était de taille dans ce haut lieu de la liturgie, de l’Histoire de France et de l’histoire de l’art.

  • 14 octobre 2016 : Portrait de Mgr Pascal DELANNOY, évêque de Saint-Denis (93), France

    Saint-Denis : « Le Département est marqué par une grande diversité culturelle »

    Monseigneur Pascal Delannoy est évêque de Saint-Denis depuis 2009. L’occasion de faire le point sur ses actions à travers son bilan et ses projets futurs. Interview.

  • 2018-03-11 Aulnay SPl Scrutin Aldrc (17)

    Le Père Chimel Erche, prêtre depuis trente ans à Aulnay-sous-Bois

    Les paroissiens le connaissent tous sous le nom de « Père Chimel ». Il vient de célébrer ses trente années de sacerdoce. Il est prêtre de la paroisse Saint-Sulpice à Aulnay-sous-Bois. Témoignage sur sa vocation de prêtres.