Philippe, un diacre médiateur entre foi et science

« Dire que ce moment a été émouvant ; le mot n’est pas assez fort. Ce que nous vivons durant cette célébration est tellement grand que cela nous dépasse. On se sent porté par la prière ». L’aveu concerne le 6 octobre 2018, jour de l’ordination de Philippe Marschal à la cathédrale de Strasbourg comme diacre permanent. Il était ce jour-là aux côtés de six autres de ses compagnons de formation, dont Gérard, un autre enfant de Jungholtz, la commune où il réside avec son épouse Josiane.

P Marschal 2« C’était le moment », déclare ce biochimiste de 56 ans. Alors qu’on l’avait déjà appelé à ce service, Philippe a longtemps repoussé la proposition. Au début parce qu’il savait qu’il allait être muté à l’étranger -il a passé trois années à San Francisco après sa thèse, puis travaillé dans le centre de recherche sur le cancer à Heidelberg en Allemagne – Plus tard parce qu’il a fait carrière dans un grand groupe pharmaceutique international basé à Bâle. Ce n’est que tardivement qu’il a pris conscience qu’on pouvait être diacre « dans le monde, avec le monde ». Or c’est la mission qui lui a été confiée : être témoin du Christ sur son lieu de travail, à Bâle, où il est membre du management, directeur de produit. « J’ai toujours vécu la science et la foi de façon parallèle, je ne cachais pas ma foi, mais je ne l’affichais pas », explique Philippe. Le fait d’être devenu manager-diacre lui a révélé nombre d’autres chrétiens, y compris parmi ses supérieurs hiérarchiques. Désormais, Philippe participe à l’heure hebdomadaire de prière interreligieuse qui se vit dans sa société.

La spécificité de son domaine d’activité l’amène à tenir de nombreuses conférences comme « Les cellules souche à la lumière des sciences et des religions » ou encore « La Bible vue par un scientifique ». On vient par ailleurs de lui demander de participer à la commission bioéthique diocésaine. « Ce sera, commente-t-il, un bon challenge, le contact se fera entre foi et science ».

Ce scientifique engagé a en effet tout un autre pan de sa vie dédié au service de l’Église, plus précisément du sanctuaire où il était servant de messe dès l’âge de 6 ans, Notre-Dame de Thierenbach. Depuis près de cinquante ans, Philippe y est présent le dimanche à l’autel aux côtés des recteurs successifs, actuellement le père Simon. En semaine, il s’occupe de la gestion afin de toujours plus « mettre en valeur » ce haut lieu spirituel. Président du conseil de fabrique[1] pour son troisième mandat, il « y consacre une dizaine d’heures par semaine ».

Habitué à des interventions orales dans le cadre de son métier, le nouveau diacre témoigne avoir été ému pour sa première homélie, se sentant porter « une responsabilité au nom de l’Église ». Que pensent ses trois enfants de cet engagement ? « Ils m’ont toujours suivi », répond Philippe. Et il ajoute « et même avec une certaine fierté »…

Chantal Joly

[1] Groupe de clercs et de laïcs chargé de l’administration de la paroisse.

Sur le même thème

  • photo Mgr ravel 3

    Mgr Ravel : En Alsace, Église et pouvoirs publics travaillent à un même avenir

    À quelques jours de l’ouverture – à sa demande- de la cour de son palais épiscopal au grand public dans le cadre du célèbre marché de Noël de Strasbourg, Mgr Luc Ravel évoquait les atouts et la puissante identité de ce diocèse pas tout à fait comme les autres.

  • Pierre fritsch

    Pierre Fritsch : « l’Église n’est pas archaïque »

    Catéchiste, adorateur au Mont Saint Odile, à 23 ans, Pierre Fritsch fait partie de la minorité de sa génération qui reste active dans l’Église, et qui plaide sa cause.

  • Soeurs cité ampère Strasbourg

    Trois religieuses du Très Saint Sauveur, cœur priant de la cité Ampère

    Sur Strasbourg, une petite communauté des Sœurs du Très Saint Sauveur est installée dans un HLM de la cité Ampère. Dans ce quartier réhabilité mais frappé par 60% de chômage où habitent de nombreuses familles monoparentales, les religieuses partagent les joies et les détresses des habitants tout en étant engagées à l’extérieur.

  • A Wending et P Wender 2

    Aumônerie catholique de Strasbourg : Éveiller chez les jeunes le don de la vie

    Responsable diocésain de la pastorale des jeunes et directeur du centre Bernanos, siège de l’aumônerie étudiante, le Père Thomas Wender évoque l’esprit de confiance et d’évangélisation concrète qui l’anime dans ses propositions envers les jeunes.

  • Père Bernard Xibaut 1

    Père Bernard Xibaut, l’Histoire de l’Alsace au cœur

    « Une région ballottée, une Église écartelée ». Voilà les expressions employées par le Père Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché et surtout président de la Société d’histoire du diocèse depuis 2008, pour évoquer la situation de l’Alsace pendant le premier conflit mondial.

  • Père Geissler 3

    Mont Sainte-Odile, la montagne sainte d’Alsace

    « Un bateau posé sur un rocher en surplomb de la plaine d’Alsace », voilà la belle image utilisée par le chanoine François Geissler pour évoquer le Mont Saint-Odile. Ancien délégué épiscopal aux affaires temporelles, il en est depuis bientôt trois mois le nouveau « capitaine ».

  • DSC_0066-2

    Les chrétiens (s’) invitent au marché de Noël de Strasbourg

    Pendant la période de l’Avent, les paroisses ont toujours eu le souci d’ouvrir leurs portes mais ce Noël 2018 marque une première : la tenue d’un marché de Noël, dans la cour d’honneur du palais de l’archevêché. Élisabeth Clément, coordinatrice de l’événement « Noël dans la cour Saint Nicolas » explique en quoi cette initiative est intéressante en interne et pour la visibilité de l’Église.

  • à la découverte des diocèses de france

    A la découverte des diocèses de France

    Tous les mois, nous vous invitons à découvrir un diocèse à travers un portrait de son évêque et des membres de la communauté catholique qui l’animent et le font vivre. Quelles sont les priorités pastorales développées ici ou là ? Quelles sont les dates-clés, les figures de saints ou les hauts-lieux spirituels qui ont marqué son […]