Les chrétiens (s’) invitent au marché de Noël de Strasbourg

Pendant la période de l’Avent, les paroisses ont toujours eu le souci d’ouvrir leurs portes mais ce Noël 2018 marque une première : la tenue d’un marché de Noël, dans la cour d’honneur du palais de l’archevêché. Élisabeth Clément, coordinatrice de l’événement « Noël dans la cour Saint Nicolas » explique en quoi cette initiative est intéressante en interne et pour la visibilité de l’Église.

Elisabeth Clement« C’est vraiment un cadeau de pouvoir annoncer un Dieu qui se fait homme.Je trouve tout à fait pertinent le fait de proposer un contact avec l’Église qui ne soit pas forcément dans une église », commente Élisabeth Clément. Cette année, six nouveaux chalets (dont celui de la ville avec des santons en bois taillés par des bûcherons) installés dans la cour d’honneur de la résidence épiscopale, s’ajoutent, en effet, aux quelques 300 autres chalets qui font de Strasbourg la capitale incontestée des marchés de Noël. Mais il s’agit de bien davantage de la cote part des chrétiens à cette fête des lumières et des saveurs. Souhaité par Mgr Ravel pour donner une visibilité à l’Eglise catholique d’Alsace et d’abord au sens chrétien de Noël, ce nouveau marché de Noël se veut d’abord un lieu de rencontre, de convivialité et d’idées-cadeaux non mercantiles. On y trouvera en effet des objets et produits équitables, fait-main, écologiques ou porteurs de message de paix et de fraternité : petits anges, décorations à partir de matériaux recyclés, couronnes et calendriers de l’Avent, artisanat monastique avec les bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre de Marienthal et les cisterciens de l’Oelenberg et même une cuvée de l’archevêque (un pinot gris bio de Ribeauvillé). Côté animations sont prévus tous les week-ends des chorales, des ateliers autour des symboles de Noël, des activités pour les enfants, une soupe solidaire servie par Caritas-Alsace (qui aura son chalet), etc.

L’évènementiel

Pour l’occasion, Élisabeth, animatrice de la zone pastorale de Strasbourg, dont la mission habituelle est d’accompagner les équipes d’animation pastorale et les agents pastoraux des paroisses de Strasbourg-Eurométropole, a dû apprendre un nouveau métier : l’événementiel. « C’est un beau projet. J’y travaille, raconte-t-elle, depuis le mois de février ».

Au-delà des multiples exigences logistiques, une grande partie de son temps a consisté à fédérer des bonnes volontés.  Car la préparation, l’installation et surtout la permanence de chaque chalet, du 23 novembre au 23 décembre, tous les vendredis, samedis et dimanches de 11h à 20h, mobilise quantités de bénévoles. En particulier le chalet qui sera co-animé par 26 paroisses et mouvements. « C’était formidable, témoigne Élisabeth, de voir autant de monde se mettre en route. Nos réunions ont été de beaux moments d’Église ». Beau symbole, par exemple, d’unité ecclésiale l’animation prévue le dimanche 16 décembre autour de la lumière de Bethléem avec deux mouvements scouts différents. Belle synergie également la participation des commerçants de la rue des Juifs pour proposer un sentier des crèches qui conduit du palais épiscopal à la cathédrale et l’implication de la ville via notamment sa crèche avec des santons en bois taillée par des bûcherons.

DSC_0090« Ce n’est pas uniquement une fête de famille mais voulue pour que les visiteurs découvrent des gens heureux d’être chrétiens et une Église enracinée dans son territoire », tient à préciser Elisabeth. Et elle ajoute : « pour avoir été et continuer d’être catéchiste, j’y vois aussi une très belle occasion de première annonce » à travers notamment la présence du chalet de la PRTL [1] où seront distribuées des cartes du Notre Père et le livret « Où prier à Strasbourg-Eurométropole. La brochure préparée pour la circonstance, « Noël dans la cour Saint Nicolas », donne par ailleurs tous les autres événements paroissiaux (crèches, concerts, expositions, propositions spirituelles, ateliers et activités pour les enfants, messes de Noël, liste des églises).

Chantal Joly

[1] Pastorale des Réalités du Tourisme et des Loisirs

Sur le même thème

  • photo Mgr ravel 3

    Mgr Ravel : En Alsace, Église et pouvoirs publics travaillent à un même avenir

    À quelques jours de l’ouverture – à sa demande- de la cour de son palais épiscopal au grand public dans le cadre du célèbre marché de Noël de Strasbourg, Mgr Luc Ravel évoquait les atouts et la puissante identité de ce diocèse pas tout à fait comme les autres.

  • Philiippe Marschal 4

    Philippe, un diacre médiateur entre foi et science

    Philippe Marschal a été nommé diacre permanent à la cathédrale de Strasbourg le 6 octobre 2018. Il était ce jour-là aux côtés de six autres de ses compagnons de formation, dont Gérard, un autre enfant de Jungholtz, la commune où il réside.

  • A Wending et P Wender 2

    Aumônerie catholique de Strasbourg : Éveiller chez les jeunes le don de la vie

    Responsable diocésain de la pastorale des jeunes et directeur du centre Bernanos, siège de l’aumônerie étudiante, le Père Thomas Wender évoque l’esprit de confiance et d’évangélisation concrète qui l’anime dans ses propositions envers les jeunes.

  • Pierre fritsch

    Pierre Fritsch : « l’Église n’est pas archaïque »

    Catéchiste, adorateur au Mont Saint Odile, à 23 ans, Pierre Fritsch fait partie de la minorité de sa génération qui reste active dans l’Église, et qui plaide sa cause.

  • Père Geissler 3

    Mont Sainte-Odile, la montagne sainte d’Alsace

    « Un bateau posé sur un rocher en surplomb de la plaine d’Alsace », voilà la belle image utilisée par le chanoine François Geissler pour évoquer le Mont Saint-Odile. Ancien délégué épiscopal aux affaires temporelles, il en est depuis bientôt trois mois le nouveau « capitaine ».

  • Père Bernard Xibaut 1

    Père Bernard Xibaut, l’Histoire de l’Alsace au cœur

    « Une région ballottée, une Église écartelée ». Voilà les expressions employées par le Père Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché et surtout président de la Société d’histoire du diocèse depuis 2008, pour évoquer la situation de l’Alsace pendant le premier conflit mondial.

  • Soeurs cité ampère Strasbourg

    Trois religieuses du Très Saint Sauveur, cœur priant de la cité Ampère

    Sur Strasbourg, une petite communauté des Sœurs du Très Saint Sauveur est installée dans un HLM de la cité Ampère. Dans ce quartier réhabilité mais frappé par 60% de chômage où habitent de nombreuses familles monoparentales, les religieuses partagent les joies et les détresses des habitants tout en étant engagées à l’extérieur.

  • à la découverte des diocèses de france

    A la découverte des diocèses de France

    Tous les mois, nous vous invitons à découvrir un diocèse à travers un portrait de son évêque et des membres de la communauté catholique qui l’animent et le font vivre. Quelles sont les priorités pastorales développées ici ou là ? Quelles sont les dates-clés, les figures de saints ou les hauts-lieux spirituels qui ont marqué son […]