L’Église des Yvelines fraternelles avec les plus fragiles

Le diocèse de Versailles compte à ce jour 28 groupes au sein desquels des personnes en précarité et d’autres partagent la Parole de Dieu et l’amitié. Philippe Duquenoy, responsable de la Diaconie, évoque ces « Équipes Fraternelles ».

Philippe DuquenoyCertaines phrases lui restent gravées au cœur. Ainsi cette déclaration d’une femme de 70 ans lors de la première Université de la Solidarité et la Diaconie [1] portée par la grâce de Lourdes : « Ce qui m’a marqué, c’est que tu m’appelles par mon prénom. Même mes parents ne le faisaient pas ». Lors de cette Toussaint 2017 six personnes des Équipes Fraternelles du diocèse avaient vécu à grande échelle la foi et la convivialité sans barrières sociales qu’ils expérimentent chez eux.

L’initiative a été lancée voilà près de 40 ans par le Père Hurault, un grand bibliste proche des milieux populaires. Elle a été dynamisée par le Synode diocésain de 2010, Mgr Aumônier ayant « appelé chaque paroisse à mettre en place et à développer ces Équipes Fraternelles… avec l’aide d’un prêtre, d’un diacre, d’un laïc ou d’une personne consacrée ». « Ce message de notre évêque reste lancinant et lui même passe beaucoup de temps à la fête diocésaine annuelle qui est l’un de nos temps forts avec la participation au pèlerinage diocésain », témoigne Philippe Duquenoy. Le reste de l’année, les équipes se retrouvent mensuellement pour échanger autour de la Parole de Dieu et partager un repas. Pour des personnes en détresse matérielle ou psychique, c’est parfois leur unique temps de sociabilité.

Le plus grand défi est de permettre à ces personnes « de ne pas être considérées à côté mais dans la communauté paroissiale », explique Philippe. À cette intention, des sessions de formation avec jeux de rôle visant à les préparer à « y prendre leur place » ont été organisées en 2018. Déjà, sur Plaisir, un membre de l’équipe fait partie de l’EAP (Équipe d’Animation Pastorale) et, sur Chatou, l’Équipe Fraternelle, est bien intégrée à la vie de la paroisse. Pour la première Journée mondiale des pauvres, elle a même proposé aux paroissiens de venir partager avec elle la parabole des talents. Philippe espère que les nouvelles orientations du diocèse liant la Charité à la Mission vont aider.

La plupart du temps, les accompagnateurs « moteurs » de ces équipes sont proches de cet univers de la fragilité, que ce soit par leurs engagements au Secours Catholique, ATD quart monde, ou à l’OCH (Office Chrétien des Handicapés) mais d’autres découvrent combien cette spiritualité des faibles peut les enrichir, enrichir l’Église voire la société par la participation, par exemple, des Équipes Fraternelles animées par le diacre Alain Havet au Grand Débat.

DRH dans une entreprise de production poussée à des restructurations, Philippe confie y avoir « connu des pauvretés autant humaines que matérielles  ». Aussi cette mission de la Diaconie, il la vit « avec les tripes ».

Chantal Joly

[1] Organisée par le Conseil national de la solidarité et de la diaconie à l’appel du Réseau Saint Laurent.

Sur le même thème

  • ONESIME

    Des frères pour les sortants de prison

    Sept équipes constituent pour l’instant, sur le diocèse de Versailles, un premier réseau d’accompagnement fraternel à destination des personnes sortant de prison.

  • P1540885

    Versailles : Un diocèse encouragé à évangéliser

    Mgr Éric Aumônier, évêque de Versailles, évoque les richesses humaines et spirituelles de son diocèse, au-delà des clichés et des méconnaissances dont celui-ci est parfois l’objet. Un diocèse où neuf nouveaux prêtres seront ordonnés ce 30 juin 2019.

  • ESE-EQUIPE 2018-2019

    Réveiller l’élan missionnaire des paroisses

    Bénévoles et responsables d’une équipe de quinze personnes, Béatrice et Jason mettent leur expérience de paroissiens engagés pour redonner aux chrétiens du diocèse l’envie d’être des disciples missionnaires.

  • Benoit d'Argenlieu

    Benoît en année de sas entre études et ministère

    Rencontre avec Benoit d’Argenlieu du groupement paroissial Saint Quentin-Saint Victor de Guyancourt, en année de sas entre études et ministères.

  • I de chatellus

    Un réseau à l’écoute des familles et des couples

    Family Phone, un partenariat d’écoutants bénévoles et de professionnels, permet à tout parent ou conjoint à la recherche d’aide ou de conseils de trouver une réponse. Isabelle de Chatellus, responsable depuis septembre 2018 avec son mari Frédéric du service diocésain de la mission pour la famille, présente cette initiative unique dans l’Église de France par son ampleur.