Sœur Francesca, au service du catéchuménat marseillais

Sœur Francesca, de la congrégation des disciples de l’Évangile, est responsable du service diocésain du catéchuménat de Marseille qui accompagne chaque année 75 adultes vers le baptême et une centaine d’autres vers la confirmation. Rencontre avec cette religieuse italienne vivant au 17ème étage d’un HLM.
Soeur Francesca Piovesan et Frère Yannick Le Maou du Service du catéchuménat

Soeur Francesca Piovesan et Frère Yannick Le Maou du Service du catéchuménat

Voilà bientôt quatre ans que Sœur Francesca vit en communauté avec deux autres sœurs italiennes, dans la cité La Solidarité de Marseille. Leur charisme ? Vivre selon la spiritualité de Charles de Foucauld, crier l’Evangile, en le témoignant par leur vie dans l’amitié et la proximité aux personnes de tout horizon. Mais aussi dans la vie paroissiale et diocésaine au sein de laquelle elles sont toutes les trois impliquées.

Après trois années passées au sein de l’équipe diocésaine de l’accueil Saint-Pierre qui se relaie auprès des familles en deuil pour préparer et présider les nombreuses funérailles qui ont lieu dans l’immense cimetière marseillais du même nom, Sœur Francesca a pris en septembre dernier la responsabilité du service diocésain du catéchuménat.

Avec son équipe composée d’un prêtre diocésain, d’un frère franciscain et de trois laïques, elle assure le suivi des adultes qui demandent à recevoir les sacrements de l’initiation chrétienne : baptême, confirmation, eucharistie. Concrètement, le service se charge de la formation des accompagnateurs des catéchumènes et des confirmands dont le parcours, qui a lieu dans les paroisses, est également jalonné de rendez-vous diocésains.

Soeur Francesca lors de la Confirmation des adultes

Soeur Francesca lors de la confirmation des adultes

Sœur Francesca fait également le lien avec l’évêque auquel elle présente régulièrement les personnes et les situations particulières : demandeurs d’asile, prisonniers, malades, vie personnelle ou vie de couple fragilisées… « Mgr Pontier a toujours eu le souci de suivre de près les candidats, d’avoir l’occasion de les rencontrer, de répondre personnellement aux lettres qu’il recevait». Et de présider chaque année les confirmations de ces adultes, lors de la Vigile de Pentecôte, en la cathédrale La Major.

Le souci d’enraciner une vie chrétienne

Le souci premier de Sœur Francesca est la réelle intégration des néophytes à la vie de la communauté. Une seule question doit nous habiter, selon la religieuse : « avons-nous fait tout notre possible pour intégrer ces adultes à nos communautés ? »

C’est là tout l’enjeu du parcours catéchuménal : aider la personne à rester « non pas parce qu’on la retient, mais parce qu’elle a trouvé sa place, elle a tissé des liens, elle a la possibilité de rendre service ». Et Sœur Francesca d’ajouter : « Mûrir une relation au Christ qui dépasse la relation personnelle pour prendre la forme d’une vie en Eglise, c’est difficile pour tout chrétien, et ça l’est d’autant plus pour ceux qui découvrent tout de la foi ! ». Et de conclure : « bien sûr il y a une vie d’Eglise, des normes, des éléments de discernement, mais rien ne remplace l’écoute respectueuse de ce que fait le Seigneur bien avant nous dans la vie des personnes qui demandent à être reconnues et soutenues, et qui découvrent la liberté des enfants de Dieu ».

Sur le même thème

  • Focus diocèses vignettes

    Le Père Spinosa veille sur Notre-Dame de la Garde

    Depuis 1854, Notre Dame de la Garde est la sentinelle des fidèles marseillais et des visiteurs de passage. Nous avons rencontré celui qui veille sur elle, le Père Olivier Spinosa, recteur de la basilique depuis deux ans. Le P. Spinosa (3ème en partant de la g.), Mgr Pontier et les chapelains Entouré de sept chapelains et d’une […]

  • Père Martin Tran

    Père Martin Tran : « Etre prêtre diocésain, c’est avoir un attachement à un territoire et à son histoire »

    Arrivé à Marseille à l’âge de 13 ans, après une enfance au Vietnam et en Nouvelle-Calédonie, Martin Tran, vicaire au Sacré-Cœur de Marseille et responsable de la pastorale liturgique et sacramentelle (PLS), s’est vite acclimaté à sa ville d’adoption. En 2001, après des études en microbiologie et alors qu’il hésitait à rejoindre les États-Unis, il […]

  • SONY DSC

    Le diocèse de Marseille, l’expérience de dialogue interreligieux

    Après avoir vécu vingt-cinq ans dans le sud Algérien au sein d’une communauté de Père blanc, le Père Raphaël Deillon est désormais vicaire de la paroisse Saint-Antoine dans les quartiers nord de Marseille (XVe arrondissement). Depuis sept années, il est délégué diocésain pour les relations avec les musulmans. Un service diocésain qui existe depuis 1974 et qui réunit sept membres. Lumière sur les initiatives islamo-chrétiennes réalisées dans le diocèse de Marseille.

  • l-abbe-fouque_img

    Bienheureux Jean-Baptiste Fouque (1851 – 1926)

    « Le 30 septembre 2018, nous avons reçu l’abbé Fouque, enfant de Marseille, comme modèle dans la suite de Jésus. » Témoignage de Monseigneur Georges Pontier, archevêque émérite de Marseille et président de la Conférence des évêques de France de 2013 à 2019. Il a vécu dans une période difficile des relations entre l’Église et l’État. Bien des aspects […]

  • 16 août 2013 : Vue sur le J4,  Le MuCEM (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditéranée), le Fort Saint-Jean et la cathédrale Sainte Marie Majeure. Marseille (13) France.

August 16, 2013: View on the J4, the MuCEM (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditéranée - Museum for Europe and the Mediterranean), the Fort Saint-John and Saint-Marie Majeure cathedral. Marseille (13), France.

    Le diocèse de Marseille

    La présence chrétienne à Marseille remonterait aux temps apostoliques avec le débarquement près de Marseille de Lazare qui en aurait été le premier évêque. Partons à la découverte de ce diocèse aux 122 paroisses. En vidéos Suivre le diocèse de Marseille sur les réseaux sociaux