Un chanoine au service diocésain des relations avec le judaïsme

Chanoine Philippe Asso (droite)Le chanoine Philippe Asso – à droite sur la photo – est le délégué du diocèse de Nice pour les relations avec le judaïsme. Fort de ses connaissances en hébreu et de ses études bibliques, il a pour mission de renforcer les liens entre l’Eglise catholique diocésaine et le monde juif dans les Alpes Maritimes. Un travail dont il est convaincu qu’il renforce la foi personnelle des uns et des autres.

Des relations historiquement soutenues entre les deux confessions

Les relations actuelles de l’Église catholique avec les Juifs et le judaïsme dans les Alpes-Maritimes commencent à se forger au creuset de la Seconde guerre mondiale. Si, dans un premier temps, l’occupation italienne est relativement paisible, tout change dramatiquement avec l’occupation allemande, en septembre 1943. À partir de cette date, et jusqu’en août 1944, plus de 3000 Juifs seront déportés depuis la gare de Nice, dont 264 enfants. Une jeune Niçoise, Simone Jacob, comptera parmi les rares survivants. Plus connue sous le nom de Simone Veil, elle relatera ces événements dans : Simone Veil, Une vie, Stock, 2007.

Dans le même temps, nombre de catholiques, laïcs, religieuses et clercs, accueillent et protègent des Juifs, individuellement ou au sein d’organisations. Certains seront reconnus « Juste parmi les Nations », dont l’évêque de Nice lui-même, Mgr Paul Rémond.

Réception de l'évêque à la Grande Synagogue - Remise du Rouleau d'EstherDans ce contexte puis après-guerre, le « Directeur des Œuvres » diocésaines fut précurseur et de l’œcuménisme, et des relations avec les Juifs. Ce prêtre reçut en cadeau un rouleau (Megillah) d’Esther. Conservé par le diocèse après sa mort, ce rouleau fut remis à la Grande Synagogue de Nice par Mgr Louis Sankalé, le 8 janvier 2012. Pour la première fois, un évêque de Nice était accueilli en ce lieu, spécifiquement et en tant que tel. Cet événement concrétisait l’état des relations entre les Juifs et l’Église catholique, et leur donnait un nouveau départ.

En 1998, en effet, un délégué diocésain pour les Relations avec le Judaïsme avait été nommé, et le Service formellement constitué dans le diocèse de Nice, qui correspond au département des Alpes-Maritimes. Celui-ci constitue la part majeure de la région Sud Est du CRIF – Conseil représentatif des institutions juives de France –  elle dénombre environ 30 000 Juifs et 54 associations constitutives (cultuelles, mémorielles, caritatives, culturelles, etc.). Auprès de ces institutions diverses comme auprès des catholiques, on peut distinguer les actions spécifiques au Service diocésain de celles qui relèvent des relations interreligieuses.

Des relations renforcées par le service diocésain

La mission du Service diocésain est, en résumé, d’appliquer localement la Déclaration conciliaire Nostra Aetate et les Orientations du Magistère consécutives. Voici quelques actions régulières qui tentent de le faire.

  • La campagne des Vœux et du Dimanche d’éveil au Judaïsme

Au début de la nouvelle année juive, les vœux de l’Église catholique sont envoyés à toutes les institutions juives ainsi qu’individuellement aux personnes juives formant son réseau de relations. Le dimanche entre Rosh Hashanah (Nouvel An) et Yom Kippour est consacré à l’éveil et l’ouverture au Judaïsme. Deux intentions de Prière Universelle spécifiques sont proposées aux paroisses.

  • Visites aux synagogues

Les membres du Service diocésain se rendent chaque année dans quelques synagogues du département pour exprimer les vœux de l’évêque et des catholiques à l’occasion des fêtes de Kippour et de Pessah (Pâque).

  • Présence aux cérémonies mémorielles Gare SNCF Nice - Chanoine Asso allume une des 6 bougies

Le délégué diocésain est systématiquement présent, représentant l’évêque de Nice en certaines occasions, aux événements qui font mémoire de la déportation et l’extermination de six millions de juifs.

  • Les manifestations organisées par le Comité Yad Vashem : le Yom haShoah (Jour international de la Shoah), au Cimetière juif ; la Commémoration nationale des crimes antisémites de l’Etat français, à la gare SNCF; l’Hommage aux déportés, à la Grande Synagogue de Nice.
  • La journée nationale du Souvenir de la déportation, où le Grand Rabbin régional et le délégué diocésain alternent une prière pour les victimes, les héros, la République.

Un rôle de formation et de sensibilisation auprès des catholiques

Pour le clergé et les fidèles catholiques du diocèse, des temps de formation ou de sensibilisation au Judaïsme sont organisés.

  • Les temps de formation – des candidats au Diaconat permanent, par exemple – comprennent deux volets : une présentation du Judaïsme, où un rabbin intervient, puis un exposé sur les Relations avec les Juifs des points de vue doctrinal et pastoral.
  • Les actions de sensibilisation prennent la forme de conférences dans les paroisses ou de visites à la Grande Synagogue. Dans ce dernier cas, que ce soit pour des élèves de l’Enseignement catholique ou pour un Doyenné, les explications du Président du Consistoire de Nice ou du Grand Rabbin régional sont suivies d’un commentaire, par le délégué diocésain, de la visite de Jésus dans la synagogue de Nazara (Luc 4, 16 sq.). L’une et l’autre intervention articulent ainsi notions sur le Judaïsme et bases du lien entre Juifs et catholiques en la personne de Jésus et son identité.

Des relations nourries du dialogue interreligieux

Dans le diocèse de Nice, deux instances interreligieuses ont été fondées, de natures différentes.

  • Le Conseil des religions monothéistes des Alpes-Maritimes (COREMAM)COREMAM - Croyants en marche 11.02.07

Sur la base du travail des Services diocésains des Relations avec les Musulmans et des Relations avec le Judaïsme, un « Observatoire des religions monothéistes » a vu le jour en l’an 2000. Celui-ci, en 2003, s’est transformé en « Conseil des religions monothéistes des Alpes-Maritimes ». Il est formé de l’évêque de Nice (ou son représentant), du Président du Consistoire (ou son représentant), du Délégué du Conseil Régional du Culte Musulman et d’un représentant des Églises chrétiennes autres que catholique. Il produit, selon l’actualité, des communiqués communs. Il engage des actions en monde scolaire. Il essaie de promouvoir l’existence de groupes de dialogue[1]. Pour manifester la présence des croyants dans la Cité, une « Marche des croyants » a eu lieu en 2017.

  • Alpes-Maritimes FraternitéAlpes Maritimes Fraternité - Cérémonie interreligieuse

Présidée par le Maire de Nice, « Alpes-Maritimes Fraternité » est un réseau informel assurant la collaboration librement consentie entre pouvoirs publics, d’une part, et représentants des Cultes (judaïsme, confessions chrétiennes, islam bouddhisme), d’autre part, au service du Bien commun. Chaque année est édité un Calendrier interreligieux. Des communiqués sont rédigés en situations de crise, comme récemment lors de l’attentat en la basilique Notre Dame de Nice. Aux premier et second anniversaires de l’attentat du 14 juillet 2016 sur la Promenade des Anglais, une Cérémonie interreligieuse a été organisée pour les victimes et leurs familles.

Si les relations et les collaborations interreligieuses ont été, il y a quelques années encore, très soutenues, il nous faut noter enfin leur tassement. Le repli sur les « identités » et la méfiance vis-à-vis de l’autre sont un phénomène général qui affecte également le clergé et les fidèles catholiques. Du récent attentat qui, le 29 octobre 2020 à Nice, a fait trois victimes dans la Basilique Notre-Dame de l’Assomption, résulte un climat contrasté. Si les propos racistes et haineux se sont libérés, les appels à la rencontre et l’unité se sont multipliés.

Les relations personnelles fortes entre responsables des Cultes, fruit d’une longue histoire partagée, sont le socle sur lequel les relations et actions interreligieuses entendent prendre un nouveau départ, plus résolu que jamais.

[1] Le dialogue trilatéral entre Juifs, chrétiens et musulmans ne saurait remplacer les dialogues bilatéraux. En ce sens, il existe dans les Alpes-Maritimes deux groupes de l’Amitié Judéo-chrétienne à Nice et Antibes et un troisième est en cours de constitution à Cannes. De même, notons la présence d’un groupe des Amitiés Judéo-musulmanes.