Homélie du dimanche 31 décembre

Dimanche 31 décembre 2017
Fête de la Sainte Famille

Références bibliques :

Livre de la Sagesse.15.1 à 6 et 21. 1 à 3 : « Ne crains pas Abraham, tu recevras de cette Alliance un merveilleux salaire. »
Psaume 104 : «  Le Seigneur s’est souvenu de son Alliance. »
Lettre de saint Paul aux Colossiens. 3. 12 à 21 : « C’est lui qui fait l’unité dans la perfection. »
Evangile selon saint Luc. 2. 22 à 40 : « Rempli de sagesse, la grâce de Dieu était sur lui. »

***

LA FAMILLE TRINITAIRE

Chez saint Jean, comme chez saint Paul, l’amour exprime et définit, essentiellement, un mode d’existence et non pas un simple mode de comportement, ni une émotion, ni un sentiment individuel à l’égard de l’autre.

L’homme et la femme en font chaque jour l’expérience quand ils dépassent les « péripéties » de leur vie de couple. En eux, l’amour a créé un nouveau mode d’existence qui se découvre, se réalise et s’enrichit ainsi de plus en plus.

Lorsque saint Jean veut nous définir Dieu, il déclare « simplement » : »Dieu est Amour. » C’est la seule définition que le Nouveau Testament donne de Dieu.

« Dieu est Amour » signifie que l’amour n’est pas une qualité morale de Dieu. C’est bien la définition même de son être, de son mode d’existence. Dieu existe comme amour et cette définition de saint Jean contient tout le mystère trinitaire, ce mystère de l’échange dans l’amour et la liberté.

La Trinité s’exprime aussi au travers du mystère de l’Incarnation. La personne du Père réalise la plénitude de son être, c’est-à-dire ce qui est essentiel en Lui par la naissance du Christ dans la grâce de l’Esprit d’Amour, l’Esprit-Saint. Nous le voyons au travers de nombreuses paroles du Christ à ses apôtres.

Dans sa lettre aux Colossiens que nous lisons aujourd’hui, saint Paul met l’amour au-dessus de tous les comportements : la bonté, l’humilité, la douceur, la patience. « Par-dessus tout cela qu’il y ait l’amour, c’est lui qui fait l’unité dans la perfection. » La perfection et l’unité de Dieu réside dans le fait qu’il est essentiellement « Amour ».

LA FAMILLE A L’IMAGE DE DIEU

Créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, nous savons que notre humanité nous limite dans la voie qui nous conduit à la connaissance de Dieu.

Mais dire que nous sommes « à l’image de Dieu » signifie que nous avons la possibilité naturelle de réaliser l’amour qui est Dieu. Pour ce faire, il nous faut vivre un amour réel, quotidien et continuel. Et c’est en cela que réside le mystère de la vie conjugale et familiale, qui doit être aussi vécue, dans l’unité, à l’image et à la ressemblance de Dieu, Unique et Trinité.

La dynamique qui nous conduira à rendre réelle au quotidien cette ressemblance de l’amour divin en nos vies, c’est de donner toujours et partout à chaque membre constituant notre famille, la priorité de la relation personnelle, la priorité de la liberté des enfants de Dieu

La tentation est forte, pour chaque conjoint entre eux comme pour les parents vis-à-vis de leurs enfants, de faire intervenir leur propre construction psychologique et, par là, de remplacer la réalité de chacun par la leur, en prodiguant des conseils, voire des ordres, où nous pensons protéger l’autre, mais, en fait, en lui imposant notre propre personnalité, en limitant ainsi la sienne.

Lorsque Marie s’étonne de l’absence de Jésus qui est resté au Temple, l’enfant lui rappelle quelle est sa personnalité en évoquant « les affaires de son Père. » (Luc 2. 49) Marie ne s’insurge pas. Elle reprend cet événement et les médite dans son cœur pour les accueillir à leur juste mesure.

Il en sera de même à Cana. Jésus se situe avec sa personnalité : »Mon heure n’est pas encore venue. » et Marie respecte la liberté de sa décision : »Faites tout ce qu’il vous dira. » (Jean 3. 4).

Quand nous disons : »Dieu est avec nous » ou bien encore « Dieu vient nous prendre avec lui », nous risquons de n’en rester qu’à des mots ou qu’à des sentiments.

Il nous faut regarder au plus près la vie de notre famille humaine qui s’est bâtie sur la Parole même de Dieu, pour qu’elle se réalise en Lui, non pas avec des personnalités juxtaposées, mais avec des personnes libres dans la communion d’un amour qui rejoint l’Amour de Dieu.

Un Dieu Trinité où les trois personnes divines sont distinctes, mais unies dans une unique liberté d’échanges, Père, Fils et Esprit.

L’AMOUR VECU AU QUOTIDIEN

Le mystère de Noël que nous avons vécu, il y a quelques jours, n’est donc pas un épisode poétique de la vie de Jésus et de Marie, auquel Joseph est associé. Certes, l’imagination des hommes a donné une dimension humaine étonnante et poétique à ces heures de Bethléem, alors que les phrases de l’Evangile sont toutes simples.

A ce point qu’on risque d’oublier ou de passer sous silence l’insondable mystère de l’Incarnation. En cet instant de l’Histoire, la présence de Dieu s’est réalisé en son Fils, homme parmi les hommes.

En regardant vivre cette famille humaine de Galilée, nous découvrons la profondeur du mystère qui est aussi vécue par chacune de nos familles humaines.

Cet enfant, fragile aux premiers jours, est gage d’avenir comme l’est tout enfant. Sa vie, comme toute vie, est un message dont il nous faut entendre chaque révélation, car, à sa manière, il est aussi « Dieu avec nous », il est l’Emmanuel.

Dans le même temps que Marie a donné à Jésus un corps, un souffle de vie, et son amour, elle en a fait l’homme qu’il est devenu. Au jour le jour de sa vie familiale, Jésus, le bébé, le petit enfant, l’enfant ; l’adolescent, va recevoir de Marie, ce que tout être reçoit de sa mère : le sourire de la vie, l’exemplarité du devoir à accomplir, la délicatesse dans la vie quotidienne, la réalisation de la Parole de Dieu au travers des faits et gestes d’une femme de grande foi.

Joseph, le père qui adopte cet enfant avec amour, patience et sens des responsabilités, lui donne le métier de charpentier. Il lui apprend les gestes méticuleux, laborieux, de l’homme qui sculpte les matériaux, les ajuste avec précision, les fait devenir utiles et beaux. Joseph lui apprend à parler aux hommes, avec les hommes. Au travers des commandes à réaliser, au travers des discussions pour le prix du travail, au travers des impatience du demandeur, Joseph apprend à Jésus le sens de la vie parmi les hommes.

Le soir, en famille, l’enfant, l’adolescent, le jeune homme, se retrouve avec ses parents, avec ses cousins et ses cousines, ou bien avec ses amis sur la place de Nazareth. Ils parlent, ils se réjouissent, ils s’attristent de la mort d’un proche. Jésus partage ainsi la vie de la famille de Marie et de Joseph, et par sa famille, la vie de tout son entourage. Nous le sentons au travers de beaucoup de ses paraboles.

Vivant de la famille trinitaire qui est la sienne, vivant de la famille humaine qui est la sienne, il vit ce qui dépasse tout bien et ne disparaît jamais : l’amour, car c’est en lui que se réalise ce que saint Paul appelle « l’unité dans la perfection.» (Colossiens 3. 14) et qu’il propose à chacun : « Que dans vos cœurs, règne la paix du Christ. » (Colossiens 3. 15)

Nous avons peu de faits précis qui nous éclairent sur le style de vie de la Sainte Famille. Ce devait être celui de toute famille juive de Nazareth, mais vécu par des êtres simples aux yeux de leurs contemporains, exceptionnels aux yeux de Dieu, dans le don que chacun a fait de lui-même et qu’il accomplit jour après jour.

C’est une famille ouverte, accueillante et joyeuse. Le Magnificat de Marie en est la preuve. Il n’a pas été le chant de joie d’un seul instant. Elle l’a chanté bien souvent, et c’est sans doute pour cette raison qu’elle l’a confié à l’évangéliste, comme étant la trame même de toute sa vie avec Dieu. « Chantez et jouez pour lui, redîtes sans fin ses merveilles. » (Psaume 104)

Jésus lui-même n’est pas venu pour « rabattre la joie », mais pour l’exalter. Il est heureux des chants de ses camarades sur la place du village (Matthieu 11. 17) Ce n’est pas à la légère qu’il dira : « Je suis venu pour que les hommes aient la vie en abondance. » (Jean 10.10) et, à ses apôtres, lors du discours qu’il leur tient après la Cène : »Je vous dis cela pour que votre joie soit parfaite. »(Jean 16.24)

***

Les conseil que saint Paul donne à nos familles ne peuvent se lire qu’à la lumière de la phrase qui les introduit : »Tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus-Christ ». Les difficultés quotidiennes sont le lot de toute existence humaine et familiale. Qu’à travers elles, que tous et chacun vivent et réalisent cette vie de famille « Dans le Seigneur », que ce soient les épouses, les maris, les enfants, les parents.

Et que, par dessus tout, il y ait l’amour qui fait l’unité dans la perfection, qui est la réalité de la famille divine, et qui doit être la réalité de toute famille humaine.

« Accorde à nos familles, Père très aimant, la grâce d’imiter la famille de ton Fils et de goûter avec elle, après les difficultés de cette vie, le bonheur sans fin. » (Oraison de la Communion)

Père Jacques Fournier
En proposant diverses lignes de réflexion, ces textes veulent être une réserve de "matériaux" , de "suggestions", pour permettre à chacun , selon le "charisme", une ou plusieurs méditations. Leur auteur a sa vie spirituelle. Chacune et chacun des lecteurs a la sienne selon la grâce de Dieu. Ces textes peuvent également servir à préparer les homélies des dimanches et fêtes à venir, chaque paragraphe formant un tout en soi.
messe du dimanche
clefsliturg

Liturgie

NOTRE PERE (1)

Rencontrer Jésus

rencontrer jésus

Messes info

messes.info

Catéchèse & catéchuménat

logo du site catechese.catholique.fr