Pour une pastorale des jeunes de 16 à 29 ans en « sortie » !

Mon exposé s’appuiera sur la situation française, mais rejoint des réalités vécues dans bon nombre de pays.

17 septembre 2018 : Mgr Laurent PERCEROU, évêque de Moulins et président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes (CPEJ). Paris (75), France.

État des lieux et constats

D’après une enquête publiée en 2017, 42 % des jeunes français de 16 à 29 ans se disent catholiques.

Notre Église ne les rejoint pas tous, et elle peine à aller à la rencontre de tous les autres. Les jeunes que l’Église accompagne sont, pour la plupart, des jeunes qui ont le désir de fonder leur vie sur le Christ. Aussi, nous nous interrogeons sur la manière dont nous pourrions faire goûter la « joie de l’Évangile » à tous les autres. Récemment, un frère-évêque me disait : « Nous devrions regarder les lieux de notre société où les jeunes expriment une soif qui dit quelque chose de l’Évangile. Aujourd’hui, notre pastorale des jeunes est dans « l’évangélisation de ceux qui sont déjà-là. » Ce propos pointe la nécessité de retrouver un nouvel élan missionnaire, dans la dynamique de l’appel lancé par le pape François dans Evangelii Gaudium : « Sortons pour offrir à tous la vie de Jésus-Christ (…) Si quelque chose doit nous préoccuper et inquiéter notre conscience, c’est que tant de nos frères vivent sans la force, la lumière et la consolation de l’amitié de Jésus-Christ. » et le n° 140 de l’Instrumentum Laboris prolonge cet appel : « Cette identité dynamique pousse l’Église en direction du monde, la rend missionnaire et en sortie, habitée par la préoccupation de sortir, humblement, pour être ferment jusqu’au-delà de ses propres « frontières.»

Former et envoyer des « disciples-missionnaires » 

Les jeunes catholiques français actifs dans leur Église constituent un « petit troupeau » animé d’un grand souci missionnaire. Leurs initiatives sont nombreuses. Ils sont prêts et disponibles pour être témoins du Christ auprès de leurs pairs. Mais comment ?

Les jeunes demandent à être structurés dans leur foi pour s’attacher au Christ, devenir témoins de son Évangile aux périphéries, et en entrainer d’autres avec eux, dans une société française sécularisée et laïque, dans laquelle les repères éthiques sont brouillés. Un projet serait d’appeler, pour un temps, des jeunes à un ministère de « jeunes chrétiens en responsabilité missionnaire » pour le service de ces périphéries où l’Église peine à rejoindre les jeunes. Ce ministère serait assorti d’une formation et d’un accompagnement,

Voici quelques périphéries, parmi d’autres :

Les universités et les Grandes Écoles, mais aussi l’enseignement professionnel, souvent dévalorisé.

Les quartiers aux périphéries de nos grandes villes où vivent des jeunes en grande précarité. Un séminariste qui a effectué un stage pastoral dans un de ces quartiers témoignait : « Le monde des cités est aujourd’hui déserté par l’Église. Pourtant il y a plein de jeunes désœuvrés. Ils portent pourtant une culture hégémonique chez les autres jeunes : la musique, les codes vestimentaires…. Ils sont une richesse. Cela vaut le coup que l’Église les rejoigne. »

Le monde du travail. Les jeunes ont souvent des difficultés à s’insérer dans leur entreprise. Ils sont à la recherche de lieux pour partager leurs premières expériences à la lumière de la foi.

Le monde rural où la population est dispersée et vieillissante. Les forces apostoliques manquent pour y être une Église en proximité, tout particulièrement auprès des jeunes qui y vivent et se sentent isolés.

Les jeunes couples et les familles. Comment former des jeunes couples chrétiens, capables de témoigner de leur joie d’aimer et d’accompagner couples et familles sur un chemin de fidélité ?

Enfin, les paroisses sont parfois une périphérie pour les jeunes. Ils ne s’y sentent pas toujours accueillis et elles peinent à leur donner une place. Un ministère de « jeunes en responsabilité missionnaire » dans les paroisses les redynamiserait et permettrait aux jeunes de faire l’expérience de l’Église dans sa diversité d’âges et de conditions.

+ Laurent PERCEROU
Évêque de Moulins (France)
Président du Conseil pour la pastorale des enfants, des jeunes et pour les vocations

Sur le même thème

  • 4 octobre 2016 : Mgr Bertrand LACOMBE, évêque auxiliaire de Bordeaux, France.

    Synode 2018 : Intervention de Mgr Bertrand Lacombe

    Mgr Bertrand Lacombe, évêque auxiliaire de Bordeaux, est l’un des quatre évêques français délégués par la Conférence des évêques de France au synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. Il s’est exprimé devant le pape François et les pères synodaux. Voici son intervention en intégralité 4 octobre 2016 : Mgr Bertrand LACOMBE, évêque auxiliaire […]

  • 5 novembre 2016 : Mgr Emmanuel GOBILLIARD, évêque auxiliaire de Lyon (69), France.

    Intervention de Mgr Gobilliard au synode des jeunes

    Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire de Lyon, est l’un des quatre évêques français délégués par la Conférence des évêques de France au synode sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. Hier, jeudi 4 octobre il s’est exprimé devant le pape François et les pères synodaux. Voici son intervention en intégralité Très saint Père, […]

  • 43383995_2119476301409512_9037777257224994816_n

    Comment qualifier cette expérience synodale ?

    15 octobre 2018 Enrichissant : le synode est une expérience humaine incroyable comme l’Église sait en concocter : des hommes et des femmes, pasteurs et laïcs, de toutes générations unis par la foi en Jésus-Christ échangent en profondeur, partagent leurs expériences les plus fortes pour faire vivre l’Évangile aujourd’hui. Énorme : comme la matière (les jeunes, […]

Sur les réseaux sociaux