Pape François aux jeunes : « Allez, sans peur, pour servir ! »

Dimanche 28 juillet 2013, le Pape François a célébré la messe de clôture des 28èmes Journées Mondiales de la Jeunesse sur la plage de Copacabana, à Rio (Brésil). Trois millions de pèlerins ont participé à la célébration.
 
La célébration initialement prévue sur le Campus Fidei de Guaratiba pouvant accueillir deux millions de personnes a, en raison du mauvais temps, été déplacée sur la plage de Copacabana. Trois millions de pèlerins ont participé à la messe de clôture soit un million en plus des deux millions de jeunes ayant passé la nuit sur la plage après la veillée du samedi 27 juillet. 1.500 évêques et 15.000 prêtres étaient également présents. Parmi les autorités se trouvaient les présidents du Brésil, d’Argentine, de Bolivie et du Surinam.

La liturgie eucharistique a commencé par l’hymne officiel des JMJ, chanté par un chœur dans lequel se trouvaient des prêtres brésiliens, y compris ceux qui évangélisent à travers la musique sacrée. Les chants de la messe ont été choisis par concours national auquel ont participé de jeunes Brésiliens qui ont envoyé leurs compositions.

Le Pape François a centré son homélie sur le thème des JMJ : « Allez et de toutes les nations faites des disciples » (Matthieu 28, 19), et après avoir évoqué l’émotion de ces derniers jours, de vivre la foi avec des jeunes provenant des quatre coins du monde, il a affirmé que le moment était venu pour eux de transmettre cette expérience aux autres. « Trois mots, a-t-il dit. Allez, sans peur, pour servir ».
 

Annoncer l’Evangile à tous, jusqu’aux périphéries

Pour expliquer le sens de ce premier mot, le Pape François a parlé aux jeunes de la beauté d’avoir rencontré Jésus ensemble ces jours-ci et d’avoir senti la joie de la foi, mais l’expérience de cette rencontre « ne peut rester renfermée dans votre vie ou dans le petit groupe de votre paroisse, de votre mouvement, de votre communauté. Ce serait comme priver d’oxygène une flamme qui brûle. La foi est une flamme qui est d’autant plus vivante qu’elle se partage…afin que tous puissent connaître…Jésus Christ qui est le Seigneur de la vie et de l’histoire… Partager l’expérience de la foi,…annoncer l’Evangile est le mandat que le Seigneur confie à toute l’Eglise, et aussi à toi, a ajouté le Saint-Père. Mais c’est un commandement, qui ne vient pas d’un désir de domination ou de pouvoir, mais de la force de l’amour, du fait que Jésus en premier est venu parmi nous et nous a donné, non pas quelque chose de lui, mais lui-même tout entier. Il a donné sa vie pour nous sauver et nous montrer l’amour et la miséricorde de Dieu. Jésus…nous accompagne…dans cette mission d’amour. Où nous envoie Jésus? Il n’y a pas de frontières, il n’y a pas de limites : il nous envoie à tous. L’Evangile est pour tous et non pour quelques-uns. Il n’est pas seulement pour ceux qui semblent plus proches, plus réceptifs, plus accueillants… N’ayez pas peur d’aller, et de porter le Christ en tout milieu, jusqu’aux périphéries existentielles, également à celui qui semble plus loin, plus indifférent. Le Seigneur est à la recherche de tous, il veut que tous sentent la chaleur de sa miséricorde et de son amour ». Le Pape a souligné en particulier qu’il lui plairait que cet envoi du Christ, « Allez ! », résonne chez les jeunes de l’Eglise d’Amérique latine parce que « ce continent a reçu l’annonce de l’Evangile, qui a fait son chemin et a porté beaucoup de fruits. Maintenant… l’Eglise a besoin de vous, de l’enthousiasme, de la créativité et de la joie qui vous caractérisent ».
 

En communion avec l’Eglise et tous les saints

« Quelqu’un pourrait penser : Mais moi, je n’ai aucune préparation spéciale, comment puis-je aller et annoncer l’Evangile? », a dit le Pape pour expliquer le concept ‘sans peur’ avant d’ajouter que la peur des jeunes n’est pas très différente de celle de Jérémie, jeune lui aussi, quand il a été appelé par Dieu pour être prophète et que dans les lectures d’aujourd’hui il s’exclame : « Oh! Seigneur mon Dieu ! Vois donc :  je ne sais pas parler, je ne suis qu’un enfant ». Dieu dit, à vous aussi, ce qu’il a dit à Jérémie : « Ne crains pas car je suis avec toi pour te délivrer ». Il est avec nous !.. .Jésus…ne laisse jamais personne seul. De plus, Jésus n’a pas dit : « Va », mais « Allez » : Nous sommes envoyés ensemble. Chers jeunes, percevez la présence de l’Eglise tout entière et de la communion des saints dans cette mission. Quand nous affrontons ensemble les défis, alors nous sommes forts, nous découvrons des ressources que nous ne pensions pas avoir. Jésus n’a pas appelé les apôtres à vivre isolés, il les a appelés pour former un groupe, une communauté ».
 

Une vie au service des autres

Servir, « c’est laisser sa vie s’identifier à celle de Jésus, c’est avoir ses sentiments, ses pensées, ses actions. Et la vie de Jésus est une vie pour les autres. C’est une vie de service… Evangéliser, c’est témoigner en premier l’amour de Dieu, c’est dépasser nos égoïsmes, c’est servir en nous inclinant pour laver les pieds de nos frères comme a fait Jésus… Allez, sans peur, pour servir, a-t-il conclu. En suivant ces trois paroles, vous expérimenterez que celui qui évangélise est évangélisé, celui qui transmet la joie de la foi, reçoit plus de joie. Chers jeunes, en retournant chez vous, n’ayez pas peur d’être généreux avec le Christ, de témoigner de son Evangile… Porter l’Evangile, c’est porter la force de Dieu pour arracher et démolir le mal et la violence; pour détruire et abattre les barrières de l’égoïsme, de l’intolérance et de la haine; pour édifier un monde nouveau. Jésus Christ compte sur vous ! L’Eglise compte sur vous ! Le Pape compte sur vous ! « 

Source : VIS du 29 juillet 2013

Sur le même thème

  • Catéchisme aux enfants - Notre Dame de l'Espérance Paris 11è

    Transmettre la foi

    « Je vous ai transmis en premier lieu ce que j’avais reçu moi-même » (I Co 15,3). Ces paroles de saint Paul caractérisent bien la nature de la foi. Elle est, dans le même mouvement, réception et transmission. Nous ne gardons pas la Parole de Dieu pour nous. Elle est Parole pour le Monde et […]

  • solidarité société saint vincent de Paul

    Solidarité

    La solidarité est une exigence sociale naturelle. C’est le lien qui unit les êtres humains entre eux dans un réseau de relations qui est devenu planétaire. Le lien peut se rompre et des hommes et des femmes se retrouvent démunis, en difficulté, dans la solitude, la maladie, la rupture. Pour répondre à ces besoins, des […]