« Créteil cathédrale + », pour une cathédrale déployée

Par Stéphane Laforge

Le diocèse de Créteil poursuit sa consultation concernant le déploiement de sa cathédrale. Ces rencontres en secteurs suscitent l’intérêt et l’enthousiasme des chrétiens Val-de-Marnais.
 

La tournée continue. Depuis plusieurs mois, les membres de la commission diocésaine communication -ressources du projet « Créteil cathédrale + » sillonnent le département pour présenter aux diocésains le projet de déploiement de la cathédrale Notre-Dame. Des rencontres de proximité inscrites dans un souci de participation démocratique. « Mgr Santier (évêque de Créteil,NDLR) veut vérifier que le projet est porté par tout le diocèse, précise François Fayol, responsable de la commission. Il a une vision, mais elle ne se concrétisera que si elle est soutenue par tous. » Et cette vision concerne le rôle joué par la cathédrale face aux enjeux posés au diocèse Val-de-Marnais. Avec 47 communes, 83 paroisses, 1 300 000 habitants, une diversité de personnes, de religieux, de religieuses, le diocèse est « riche d’un monde à recevoir », observe François Fayol. « La cathédrale devrait être un lieu d’unité, de partage et de convergence, mais aujourd’hui, elle ne répond plus à nos attentes. Le diocèse est en phase de maturité. Il est nécessaire de donner des signes visibles de son développement. » Dans cet esprit, la cathédrale serait alors un plus liturgique, un plus pastoral et un signe visible d’unité.

« Un projet exaltant »

Ce mardi soir de novembre 2010, ils sont une trentaine à avoir pris place dans cette salle paroissiale de Saint-Maur-des-Fossés. L’assistance est concernée par le projet qui vise à rendre la cathédrale « plus vaste et plus visible ». On s’interroge sur les aspects pratiques du projet : « Quelle étanchéité ? Quels matériaux envisagés ? ». Mais aussi financiers. En ces temps de morosité économique, l’opportunité d’un projet estimé à 9 millions d’euros est mise en débat. « Cette interrogation revient à chaque réunion, mais elle n’est pas majoritaire, remarque François Fayol. Il y a un vrai enthousiasme, les participants disent qu’ils attendent ça depuis longtemps. » La réunion du soir confirme cette impression. Hormis des désaccords et des remarques sur le clocher ou la nécessité d’identifier le bâtiment grâce une œuvre d’art, la présentation suscite d’abord des réactions positives. « Je vote pour ce projet, il est tout à fait exaltant, lance ainsi Robert. Le projet est porteur, il sort d’une certaine torpeur. » La rencontre avec l’ensemble des secteurs et paroisses du diocèse se terminera courant janvier 2011. Cette période de consultation conclue, Mgr Michel Santier prendra alors sa décision pour la suite à donner au projet « Créteil cathédrale + ».
 

Une cathédrale déployée

Plus accueillante, plus lumineuse, plus visible. C’est ainsi qu’a été imaginée ce que serait la future cathédrale Notre-Dame de Créteil. Le projet a pour ambition de « déployer » cette église bâtie en 1978 et devenue cathédrale en 1987. Des tribunes seraient crées et la capacité d’accueil doublée (1200 personnes). Pour renforcer la visibilité de l’édifice, une coupole en bois se déploierait vers le ciel, sous la forme de deux coques sphériques qui, comme deux mains jointes, se rencontrent au dessus de l’autel. Cette coupole s’appuierait sur le tracé du bâtiment d’origine et culminerait à 25 mètres. Le projet tel qu’il est conçu devrait respecter l’architecture d’origine. « Nous souhaitons garder une trace de notre histoire, celle d’une église proche des hommes », explique Marie-Pierre Etienné, en charge de la question des travaux. Un clocher très élancé serait détaché du bâtiment et positionné à l’angle pour mieux signaler l’entrée de la cathédrale. Le projet est estimé à 9 millions d’euros avec un financement reposant pour un tiers sur le mécénat et les dons. 

Sur le même thème